VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > MENSONGES AMÉRICAINS - 2005 - Florence Aubenas, Hariri au Liban, Attentat de (...)

MENSONGES AMÉRICAINS - 2005 - Florence Aubenas, Hariri au Liban, Attentat de Tel-Aviv, Giuliana Sgrena

vendredi 21 octobre 2016, par do (Date de rédaction antérieure : 1er mars 2015).

mai68.org/journal/N93/6mars2005.htm

Par do le 6 mars 2005

Florence Aubenas

Le 8 septembre 2004, je publiais dans la partie de mon journal N°88 intitulée « OTAGES FRANÇAIS EN IRAK : Comment les sauver ? » les preuves que Chesnot, Malbrunot et leur ami et guide Mohammed Al-Joundi n’étaient pas prisonniers de la résistance irakienne, mais de l’impérialisme américain. Je vous recommande fortement de lire ou de relire cet ancien texte en cliquant ici avant de continuer ; parce que nombre de remarques faites à l’époque sont valables aujourd’hui encore.

Les événements qui précédèrent la libération de Chesnot et Malbrunot, ainsi d’ailleurs que ceux qui suivirent, vinrent confirmer les thèses que je développais dans le N°88 de mon journal.

Si les otages avaient été prisonniers de la résistance irakiene, c’est à elle qu’il aurait fallu faire plaisir pour obtenir leur libération ; mais au lieu de ça, le gouvernement français qui, dans un premier temps, avait autorisé les émissions de la chaîne de télévision pro-palestinienne du Hezbollah (Al-Manar) finit, pour faire plaisir à l’impérialisme américain et à son avatar moyen-oriental (le sionisme) par interdire Al-Manar. Cette nouvelle est connue dès le 14 décembre 2004. Elle incline à penser que l’État français savait très bien que Chesnot et Malbrunot étaient détenus par les Américains.

Croyant qu’après avoir cédé à ce chantage des Américains, il pourrait négocier avec eux la libération des otages, l’État français envoie Michel Barnier en visite aux USA les 15 et 16 décembre 2004. Il parle bien entendu de la Palestine et de l’interdiction d’Al-Manar.

Note 1 de do du 1 mars 2015 : La référence initiale de la visite de Michel Barnier aux USA les 15 et 16 décembre 2004 ayant disparu, en voici une autre trouvée sur Wikipedia :

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9cembre_2004

Extrait : « Mercredi 15 décembre 2004 - États-Unis : le ministre français des Affaires étrangères, Michel Barnier, effectue une visite à Washington (district de Columbia). Il rencontre sa future homologue Condoleezza Rice. »

Mais, c’est bien connu, les maîtres-chanteurs en veulent toujours plus ; et les Américains, c’est-à-dire leurs chefs, ne voulurent toujours pas libérer Chesnot et Malbrunot. Aussi, il y eut changement de tactique : le 17 décembre 2004, Mohammed Al-Joundi annonce qu’il portera plainte contre les Américains pour détention abusive, pour mauvais traitement et… pour torture. Il ne portera pas plainte contre la résistance irakienne, mais bien contre les USA !

Il faut croire que cette nouvelle tactique — "tu m’as pris un truc, alors je t’en prends un aussi, et je ne te le rendrai que quand tu m’auras rendu le mien" — fut plus efficace, car, le 19 décembre 2004, Mohammed Al-Joundi annonce qu’il va retarder sa plainte. En échange, les Américains avaient évidemment promis de rendre Chesnot et Malbrunot car, le 20 décembre 2004, le gouvernement ose faire part de sa confiance dans la suite des événements. Le 21 décembre 2004, il annonce officiellement la libération de Christian Chesnot et Georges Malbrunot.

Dans cette chronologie, vous pourrez vérifier que c’est bien le 17 décembre, après le voyage de Barnier aux États-Unis, que Mohammed Al-Joundi annonce qu’il va porter plainte et que le 20 il y a message d’espoir gouvernemental. Mais vous n’y trouverez aucune référence au fait que, peu avant ce message, Mohammed Al-Joundi avait "décidé" de reporter sa plainte. En voici une.

Note 2 de do du 1 mars 2015 : La référence à la chronologie ayant disparue, voici un autre article :

Irak : Al-Joundi veut porter plainte contre les États-Unis

http://www.liberation.fr/monde/2004…

18 décembre 2004 à 03:32

Mohammed al-Joundi, l’accompagnateur syrien des deux otages français Christian Chesnot et Georges Malbrunot, entend porter plainte contre les Etats-Unis. « Il assure avoir été victime de mauvais traitements pendant sa semaine de "détention" par les forces américaines », a indiqué son beau-frère Ali Merhebi. Enlevé le 20 août en Irak avec ses employeurs, al-Joundi a été retrouvé le 11 novembre par les forces américaines à Fallouja. Il a depuis rejoint la France, où il a obtenu l’asile politique. Il affirme n’avoir pu rejoindre l’ambassade de France à Bagdad que neuf jours après sa « libération » car les forces américaines l’avaient placé en détention. (Reuters)

Il ne fait aucun doute que c’est en échange du report (considéré par les Américains comme un report sine die) de la plainte de Mohammed Al-Joundi contre les USA que l’impérialisme américain libéra les otages français(*).

D’ailleurs, c’est le 4 janvier 2005 que Mohammed Al-Joundi porte effectivement plainte pour torture contre les USA et c’est dès le lendemain, le 5 janvier 2005, que Florence Aubenas fut enlevée ! Comment pourriez-vous encore croire, après une telle démonstration, que c’est par la résistance irakienne ou par de simples mafieux qu’elle est détenue ? C’est bien entendu pour se venger de la plainte de Mohammed Al-Joundi (du moins dans un premier temps) que les Américains ont pris un otage français !

Quant à Didier Julia, il semble être un allié du Mossad (service secret israélien), puisqu’il a confié au journal le Monde qu’il avait joué un rôle actif jadis dans l’affaire dite des vedettes de 1969 (cinq navires lance-missiles placés sous embargo à Cherbourg et « enlevés » par un commando israélien), assurant qu’au premier rang des complicités françaises dont avait alors bénéficié le Mossad il y avait la sienne ! C’est sans doute pourquoi il a cru pouvoir jouer un rôle dans la libération de Chesnot et Malbrunot, puisqu’ils étaient détenus par les Américains. Et c’est sans doute pour redorer son blason, et parce qu’ils pensent pouvoir obtenir plus de choses avec lui, que les Américains veulent que ce soit Didier Julia qui négocie la libération de Florence Aubenas.

Les Américains mentent en prétendant au public que ce sont des résistants irakiens ou des mafieux qui détiennent Florence Aubenas. Comme je l’ai dit à propos de Chesnot et Malbrunot : « il faut bien comprendre que si Chirac ne révelle pas lui-même que ce sont les Américains qui détiennent les journalistes français, c’est parce que le faire reviendrait à dire que les manipulations du terrorisme qui sont dénoncées ici sont monnaie courante. Or, sur le sujet, tous les pouvoirs du monde sont solidaires pour tenter de faire croire à leur population que ce genre de manipulations n’existe pas. Sinon, comment pourraient-ils eux-mêmes l’utiliser quand ils en auront besoin. »

Ce que je disais pour la libération de Chesnot et Malbrunot vaut encore pour Florence Aubenas et son ami Hussein Hanoun :

La seule façon d’avoir une chance de les sauver est de dire la vérité partout où l’on peut. Car si tout le monde sait que c’est en fait l’impérialisme américain qui les détient, et qu’il s’apprête à les assassiner, alors, ils n’oseront peut-être pas le faire. Surtout si les citoyens américains sont au courant aussi. Il faut faire vite.

Giuliana Sgrena

D’ailleurs, à propos d’assassinat, les Américains n’ont pas laissé partir Giuliana Sgrena aussi facilement ; ils ont cherché à l’assassiner pour empêcher les services secrets italiens de la libérer. Elle sait trop de choses, a révélé son compagnon Pier Scolari. Et quand les Américains nous disent que c’est par accident qu’il ont failli la tuer, ce n’est que pur mensonge. Ils appellent ça des "tirs amis", cela prouve qu’il vaut mieux ne pas être l’ami des Américains !

En fait, tout simplement, les Américains sont confrontés à une résistance irakienne qui se renforce de jour en jour. S’ils veulent la vaincre, il va leur falloir commettre un génocide. Ils ne veulent pas de témoins. C’est pourquoi ils font tout pour faire fuir tout étranger à l’Irak qui n’est pas inféodé à l’impérialisme américain, car un tel génocide ne peut pas se faire s’il y a des témoins.

Les Américains veulent qu’il n’y ait plus, en Irak, ni journalistes indépendants, ni ONG, ni Croix-Rouge, ni ONU, etc. Et ils sont prêt à tout pour les faire fuir. Aussi, il faut être très reconnaissants envers les étrangers à l’Irak qui restent et resteront pour regarder et témoigner. Seuls eux (elles) peuvent empêcher un génocide. Et il faut souligner leur courage extrême !

Si vous décidez de vous rendre en irak, peut-être serait-il bon, dès que vous serez là-bas, de demander protection à la résistance irakienne afin d’éviter de vous faire enlever, et peut-être assassiner, par l’armée américaine.

Hariri

Cela faisait des mois que les sionistes, ces alliés indéfectibles de l’impérialisme américain, faisaient de la propagande sur internet contre la Syrie. Et en particulier contre la présence de la Syrie au Liban. L’assassinat de Rafic Hariri ne m’a donc pas étonné outre mesure. Je suis persuadé, tout comme l’ensemble de la presse arabophone, qu’il s’agit d’une provocation israélienne. C’est-à-dire que c’est le Mossad et sa cinquième colonne au liban (les anciens phalangistes) qui ont assassiné Rafic Hariri afin de faire croire que c’est la Syrie qui a commis ce crime.

C’est pour acheter la neutralité de la Syrie pendant la première guerre du Golfe que l’occident lui livra le contrôle total de Beyrouth et promit un futur État palestinien. Il est clair que si la Syrie abandonne le Liban, Israël en profitera pour l’envahir à nouveau comme en 1982. Rappelons que cette invasion israélienne du Liban s’était terminée par le massacre de Sabra et Chatilah par les phalangistes (chrétiens libanais) qui servirent d’hommes de main à Sharon surnommé depuis : « Le boucher de Sabra et Châtilah ».

Il est indispensable de savoir aussi que Mustafa Al-Naser, dernier conseiller de Rafic Hariri, accuse le Mossad de l’assassinat d’Hariri (Iran News Agency - 15/2/05). Note de do du 1 mars 2015 : Autre référence :

http://www.france-irak-actualite.com/page-1982537.html

Bien entendu, c’est immédiatement après l’assassinat, sans qu’aucune enquête ait eu le temps d’avoir lieu, et malgré la condamnation de l’attentat par la Syrie, que les USA et Israël accusèrent la Syrie ! C’est encore un mensonge américain.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire les interventions en AG 787 et 788.

L’attentat deTel-Aviv

Là aussi, ce fut la Syrie qui fut immédiatement accusée, et une fois de plus sans preuve. Je pense comme bien d’autre qu’il s’agit là encore d’une manipulation du Mossad qui a commandité cet attentat pour en accuser la Syrie. Comme si la Syrie, déjà dans la merde avec l’accusation infondée de l’assassinat d’Hariri, allait s’y mettre encore plus en commettant des attentats aveugles en israël ! Vous pouvez lire cet article sur le Hamas produit du Mossad qui est sauvegardé ici :

http://mai68.org/spip/spip.php?article7758

Ce n’est pas l’antisémitisme qui a "engendré" le sionisme, sinon ce dernier existerait depuis au moins des centaines d’années. Le sionisme, bien plus récent que l’antisémitisme, est né seulement vers la fin du XIX° siècle, à une époque où le nationalisme est encore à la mode et où le colonialisme bat son plein !

Ce qui n’empêche que l’antisémitisme, que je déteste profondément (le malheur des temps m’oblige à préciser une telle chose), a rendu et rend encore bien des services au sionisme. Et quand il n’y a pas assez d’antisémitisme, "on" en fabrique du faux comme au RER D ou comme Alex Moïse (chef du Parti Sioniste de France) qui a été condamné pour s’être écrit des lettres antisémites à lui-même. Il y a aussi cette histoire de Rabbin qui s’est poignardé lui-même afin d’accuser les "Arabes". Et ce n’est que la partie visible de l’iceberg ! Note de do du 1 mars 2015 : Autre référence au sujet du rabbin Gabriel Farhi et de sa pseudo-aggression soit disant antisémite du 3 janvier 2003 :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gabriel_Farhi

Voir aussi ce reportage France 2 sur la pseudo agression du rabbin Farhi :

http://mai68.org/spip/spip.php?article8570

Dans l’attentat de Tel Aviv aussi, il y a mensonge.

Ce qui pourrait sembler étonnant, c’est de voir à quel point un prétendu gauliste (Chirac) suit les Américains dans leurs mensonges. Cela ira-t-il jusqu’à la collaboration totale avec leur quatrième Reich ?

Je ne pense pas que ce soit de gaitée de cœur que Chirac suive à ce point les Américains dans leur délire impérialiste. C’est bien entendu parce qu’il subit du chantage. En particulier avec la détention par l’impérialisme américain de la journaliste Florence Aubenas. Chirac a eu l’occasion de se plaindre, d’après Serge July, que les journalistes français otages en Irak coûtent politiquement très cher.

Vous savez comment l’on procède, n’est-ce pas ? si un inconnu vous demande directement 1000 Francs, il y a de grandes chances pour que vous refusiez. Mais s’il vous demande du feu vous ne refuserez pas. Si ensuite il vous demande une cigarette, vous aurez moins de chance de la lui refuser après lui avoir donné du feu que s’il avait oublié de commencer par là. Ensuite, il pourra vous demander un ou deux Francs. etc. Cette technique de manipulation, appelée le "pied dans la porte" est très connue et employée par les représentants de commerce.

J’ai la très nette impression qu’après l’enlèvement de Florence Aubenas par les Américains, Chirac est tombé dans le même genre de piège. Le maître-chanteur américain en veut toujours plus !

LA SEULE FAÇON D’OBTENIR LA LIBÉRATION DE FLORENCE AUBENAS ET D’HUSSEIN HANOUN EST DE DÉNONCER PARTOUT HAUT ET FORT QUE CE SONT LES AMÉRICAINS QUI LES DÉTIENNENT !

Merci pour votre attention,
Meilleure salutation,
do

Note (*) : Et aussi parce que le même jour, le 19 décembre 2005, Les membres du gouvernement se rallient à la politique turque de l’Elysée (la Turquie est un sous-marin de l’impérialisme américain et celui-ci fait pression pour qu’elle intègre l’Europe).

_________________________
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

QUESTION de Michelle :

C’est affolant ce que vous écrivez là ! Je ne sais pas si tout cela est vrai ; mais, en tout cas, les hypothèses avancées répondent à une certaine logique de manipulation de l’opinion qui pourrait faire partie de la guerre de reconquête engagée par les USA sous la direction de G.W. Bush et ses néocons. Peut-on aller jusqu’à affirmer alors que les dictatures du Moyen-Orient ont été soutenues en espérant qu’elles puissent servir un jour dans ce but ?

_________________________
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

RÉPONSES de do :

L’avènement de Saddam

Pour répondre partiellement à votre question, je vous invite à lire ce texte où l’on voit Roger Morris, ancien agent de la CIA, affirmer que Saddam avait été placé au pouvoir en Irak par la CIA elle-même :

http://mai68.org/ag/655.htm

L’islamisme

Sur l’islamisme, il ne faut jamais oublier que ce sont les Anglo-Saxons, ou plutôt leurs chefs, qui l’ont mis au pouvoir dans bien des endroits du monde arabo-musulman :

Après le passage de Lawrence d’Arabie, ce sont les Anglais qui ont installé le wahhabisme (islam radical) en Arabie Saoudite en livrant ce pays aux Saouds.

En Egypte, ce sont les Anglais puis les Américains qui ont financé les Frères Musulmans (notamment contre Nasser).

En Afghanistan, ce sont les Américains qui ont financé (avec l’aide de l’Arabie Saoudite, grande alliée des USA), et armé, entre autre avec les fameux missiles Stinger, et entraîné militairement Ben Laden et les Islamistes pour virer les Russes. Même que les femmes afghanes doivent regretter l’époque soviétique avec la pilule et l’avortement libres et gratuits et le droit au divorse, au travail et aux études ! En Afghanistan la seule période où les femmes furent l’égale des hommes et purent sortir librement et sans burqua fut la période soviétique.

ISRAËL

N’oublions pas non plus la célèbre réponse que fit Nixon, en 1973, à des journalistes qui lui reprochaient le coût financier excessif de la survie sous perfusion d’Israël et de son entretien par les États-Unis :

« Israël est le gendarme américain du Moyen-Orient » !

Pour mémoire, les contestataires américains de l’époque écrivaient "NIXON" en remplaçant le "X" par une croix gammée. C’était la guerre du Vietnam.

A+
do
http://mai68.org

_________________________
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

REMARQUES de Paul :

Je pense que la thèse de Do, à bien des égards, est plausible. Moi-même, j’en suis arrivé à cette conclusion, à savoir que les enlèvements de journalistes européens sont le fait des USA ou de son plus proche allié, Israël. Vous remarquerez qu’aucun journaliste américain n’a été enlevé à ce jour. Et il est plus que douteux que cela soit la résistance irakienne qui perpétue l’enlèvement de journalistes qui peuvent témoigner de la réalité de la guerre, c’est à dire des exactions et des crimes que l’occupant commet, lequel essaye avec l’appui des armées mercenaires de nettoyer l’Irak de tout témoin gênant : journalistes, ONG, etc. Vous remarquerez aussi comment la presse occidentale tente de discréditer ou de mettre en doute le témoignage de la journaliste italienne, Giuliana Sgrena, qui échappa de peu aux tirs américains. Ce qui se passe là-bas n’est que le début de ce que Bush a formulé clairement : « la guerre permanente ». Y’a de la joie !

_________________________
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

RÉPONSE de do :

Merci pour ce complément très pertinent à mon texte. Une remarque toutefois, Israël tue beaucoup de journalistes, c’est un fait, mais je ne me souviens pas qu’ils en aient enlevés.

_________________________
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

COMMENTAIRE de L.S :

Très bonne analyse, do. Et, comme Paul le souligne très bien, on ne voit aucun journaliste US kidnappé (très "embedded", ils sont bizarrement épargnés par les enlèvements !)

Sont enlevés seulement les journalistes des peuples qui s’opposent à la guerre en Irak ou qui risqueraient de rendre compte des saloperies que les US commettent là-bas.

Avantages-Messages :

1°) « Laissez-nous tuer tranquillement, seuls avec nos journalistes. Nous ne voulons pas de témoins ! »

2°) « Mobilisez autour de ces enlèvements les capacités d’indignation de votre peuple, pendant ce temps vous ne vous occuperez pas des 150 000 Irakiens que nous avons massacrés, bombardés, empoisonnés, ni des biens (œuvre d’art, musées) que nous avons volés et de la rapine sur le pétrole que nous exerçons (Voire Fallujah, où Giuliana Sgrena voulait enquêter). »

3°) And last but not least : « Les Arabes sont toujours les Arabes : des fourbes s’en prenant à vos journalistes préférés, même à ceux qui sont les plus proches d’eux – les ingrats ! »

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0