VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Charlie Hebdo - 7 janvier 2014 entre 11h et 12h - Spectacle de terrorisme à (...)

Charlie Hebdo - 7 janvier 2014 entre 11h et 12h - Spectacle de terrorisme à Paris en France (vidéo 42’’)

mercredi 7 janvier 2015, par do (Date de rédaction antérieure : 7 janvier 2015).

Hollande va pouvoir jouer au grand chef anti-terroriste

NON ! c’est bon chef !

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

NON ! c’est bon chef !

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

Bonjour à toutes et à tous,

À tous les coups ils vont dire que ce sont de sales Arabes ou des musulmans qui sont coupables, puisqu’ils sont coupables par essence ! Mais, d’après ce que je viens d’entendre après 12h15 sur France-Info, ce sont des professionnels qui ont fait le coup.

Ils étaient 2 ou trois. Ils ont commencé par prendre une personne en otage. Ils étaient bien renseignés, puisqu’ils connaissaient les prénoms de personnes qui étaient présentes dans le hall du tout nouveau local de Charlie Hebdo, au 10 rue Nicolas Appert, à Paris. Puis, ils ont tiré des coups de feu, faisant 12 morts, dont Charb, Cabu, Wolinski et Tignous, et 20 blessés. Ensuite, ils ont très vite pris la fuite à bord d’un premier véhicule qu’ils ont rapidement abandonné, porte de pantin, pour en prendre un second afin de brouiller leur piste et ne pas être repérés. Du boulot de pro, digne des services secrets français.

Les ventes de Charlie Hebdo vont par conséquent exploser ; et, surtout, Hollande, qui cherche à tout prix à remonter sa popularité en prévision des présidentielles 2017, va pouvoir jouer au grand chef antiterroriste. Comme Bush après le 11 septembre 2001.

Le plan Vigipirate écarlate est un coup d’État !

Cela permettra d’interdire ou de fliquer divers rassemblements ou diverses manifestations contestataires, d’attenter aux libertés publiques, de fouiller les sac-à-mains des dames même sans commission rogatoire, etc. bref c’est du fascisme !

La peur paralyse !

Si les gens tombent dans le piège, et ne se doutent pas que ce terrorisme a été commandité par l’État lui-même, ils vont avoir très peur et s’en remettre à l’État pour les protéger. Ils ne s’autoriseront plus à s’en prendre à l’État et ne le critiqueront plus. Ils ne feront plus grève afin de ne pas mettre de bâtons dans les roues du pouvoir, etc. la peur paralyse !

Charlie Hebdo, le Mohamed Merah de Hollande

L’affaire Mohamed Merah n’ayant pas permis à Sarkozy d’être réélu en 2012, l’affaire Charlie Hebdo permettra-t-elle à Hollande de se faire réélire en 2017 ?

La loi Macron

En attendant, ils vont pouvoir faire passer la régression Macron sans difficulté aucune si tout le monde tombe dans le piège.

Bien à vous,
do
Le 7 janvier 2014
http://mai68.org

Franchement, vaudra mieux s’abonner à Siné Mensuel qu’à Charlie Hebdo :

http://mai68.org/spip/spip.php?article8148

http://www.sinemensuel.com/boutique/


Horreur à "Charlie Hebdo" : 12 morts, dont Charb, Cabu, Wolinski et Tignous

http://assawra.blogspot.fr/2015/01/…

Mercredi 7 janvier 2015

La fusillade à Charlie Hebdo a fait 12 morts, dont deux policiers, 7 blessés dont 4 "désespérés". Selon nos informations, le journaliste et dessinateur Charb, directeur de la publication, ainsi que les dessinateurs Cabu, Wolinski et Tignous ont été tués. François Hollande a évoqué sur place un "attentat terroriste". "Nous punirons les agresseurs", a déclaré le chef de l’État. Selon nos informations, il y avait deux tireurs et un ou deux complices. Les hommes armés ont changé de véhicule place du Colonel-Fabien, non loin du siège de Charlie Hebdo. Les policiers auraient perdu leur trace porte de Pantin (à la sortie de Paris). Une source policière craint qu’ils ne fassent demi-tour et se dirigent vers les Champs-Élysées.

"Vers 11 h 30, deux hommes armés d’une kalachnikov et d’un lance-roquettes ont fait irruption au siège de Charlie Hebdo dans le 11e arrondissement de Paris. Un échange de coups de feu a eu lieu avec les forces de l’ordre", a expliqué une source policière à l’AFP. Le journal a été touché le jour de sa conférence de rédaction hebdomadaire, qui a lieu chaque mercredi avec tous les journalistes. Un témoin que nous avons pu contacter était présent devant le bâtiment au moment des faits. Il affirme que deux hommes cagoulés et armés sont sortis en trombe du bâtiment.

Selon l’agence Reuters, une trentaine de coups de feu ont été tirés. Sur France Info, un témoin évoque la présence de "deux hommes qui auraient lancé : On va venger le prophète." Une vidéo laisse clairement entendre le cri "Allah Akbar". Le commando aurait commencé à tirer dans le hall, puis serait monté dans les étages. Les deux braqueurs ont renversé un piéton à Pantin en prenant la fuite avec une voiture, selon BFM TV.

Les locaux du journal satirique, situés derrière le boulevard Richard-Lenoir, faisaient depuis l’objet d’une protection policière. Depuis février 2006 et la première affaire des caricatures de Mahomet, Charlie Hebdo a été à plusieurs reprises la cible de menaces. L’un des deux policiers abattus faisait partie du service de protection du rédacteur en chef de Charlie Hedbo. Le second était rattaché au commissariat du 11e arrondissement. Christophe Deloire, directeur général de Reporters sans frontières (RSF), évoque une "atteinte contre la démocratie" et la liberté d’expression. L’attentat de mercredi est le plus meurtrier commis en France depuis 50 ans.

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve est rapidement arrivé sur place, ainsi que la maire de Paris, Anne Hidalgo et le président de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon. Une réunion de crise doit avoir lieu à l’Élysée à partir de 14 heures. Matignon a annoncé le relèvement du plan Vigipirate au niveau "alerte attentats", le niveau le plus élevé, dans toute l’Ile-de-France. "Organes de presse, grands magasins, lieux de culte et transports" ont été placés sous "protection renforcée", précisent les services du Premier ministre. Les sorties scolaires à Paris et les activités en dehors des établissements sont suspendues jusqu’à nouvel ordre, a indiqué mercredi le rectorat.

**

Une réunion interministérielle de crise a débuté peu après 14H00 mercredi à l’Élysée autour de François Hollande et du Premier ministre Manuel Valls après l’attentat sanglant perpétré contre Charlie Hebdo, a-t-on appris auprès de la présidence.

Bernard Cazeneuve (Intérieur), Jean-Yves Le Drian (Défense), Christiane Taubira (Justice), Laurent Fabius (Affaires étrangères) et Fleur Pellerin (Culture et Communication), ainsi que les responsables des principaux services de police et de gendarmerie participaient à cette réunion, selon l’Élysée.

**

Le Conseil du culte musulman condamne un "acte barbare"

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a condamné mercredi "avec la plus grande détermination" un acte "barbare", "contre la démocratie et la liberté de la presse", perpétré à Paris dans les locaux de l’hebdomadaire Charlie Hebdo, et qui a fait au moins douze morts. L’instance représentative de la première communauté musulmane d’Europe, forte de 3,5 à 5 millions de membres, a réagi dans un communiqué au nom des "musulmans de France". Son président, le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, devait se rendre sur les lieux du drame en début d’après-midi, a précisé son entourage.

Un attentat perpétré à Paris dans les locaux de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo par deux hommes cagoulés et lourdement armés a fait au moins douze morts, mercredi en fin de matinée. Selon des témoins, les agresseurs ont crié "Nous avons vengé le prophète !", a affirmé une source policière. "Cet acte barbare d’une extrême gravité est aussi une attaque contre la démocratie et la liberté de presse", écrit le CFCM, qui exprime sa "solidarité" aux victimes et à leurs familles "face à ce drame d’ampleur nationale".

"Dans un contexte international politique de tensions alimenté par les délires de groupes terroristes se prévalant injustement de l’islam, nous appelons tous ceux qui sont attachés aux valeurs de la République et de la démocratie à éviter les provocations qui ne servent qu’à jeter de l’huile sur le feu", poursuit le Conseil. L’instance appelle en outre "la communauté musulmane à faire preuve de la plus grande vigilance face aux éventuelles manipulations émanant de groupes aux visées extrémistes quels qu’ils soient".

Dans un communiqué distinct, l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), proche des Frères musulmans, a condamné "de la manière la plus ferme cette attaque criminelle et ces horribles meurtres". Le grand rabbin de France, Haïm Korsia, a pour sa part déclaré : "C’est le temps du deuil, on doit se rassembler tous." "On a besoin de ce temps d’union nationale et de défendre tous ensemble nos libertés, dont la liberté d’expression", a poursuivi le chef religieux de la première communauté juive d’Europe, forte de 500 000 à 600 000 membres. "Ensuite il faudra une réponse forte du gouvernement, car c’est la force légitime qui domine la violence dans une société démocratique", a plaidé le grand rabbin Korsia. "On veut nous enfermer dans la peur, c’est l’espérance qui nous consolera", a-t-il ajouté.

**

Paris sous "protection renforcée"

Les organes de presse, les grands magasins, les lieux de culte et les transports sont placés en "protection renforcée" en région parisienne après l’attaque meurtrière mercredi contre Charlie Hebdo, dont les auteurs n’ont pas encore été interpellés, a indiqué Matignon. "Toutes les forces disponibles sont mobilisées et des renforts civils et militaires seront déployés dans le cadre du plan Vigipirate", que Manuel Valls vient de relever au niveau le plus élevé d’"alerte attentats", indique Matignon dans un communiqué.

"Tous les moyens sont mis en oeuvre pour identifier, traquer et interpeller les auteurs" de l’attaque, précise-t-on de même source. "Toutes les forces disponibles sont mobilisées et des renforts civils et militaires seront déployés dans le cadre du plan Vigipirate" et "l’ensemble des préfets, sur tout le territoire, ont consignes de renforcer la vigilance et de mobiliser les forces placées sous leur autorité", précise encore Matignon. Un attentat perpétré à Paris dans les locaux de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo par deux hommes cagoulés et lourdement armés a fait au moins douze morts, mercredi en fin de matinée, bilan le plus meurtrier d’un attentat depuis au moins 40 ans en France.

(07-01-2015 - Avec les agences de presse)


Fusillade en plein Paris, un policier atteint

http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN0KG0VS20150107

Mercredi 7 janvier 2015 11h46

PARIS (Reuters) - Une intense fusillade a éclaté mercredi boulevard Richard-Lenoir, en plein centre de Paris, et un policier a été touché par un tir, a rapporté un témoin.

De nombreux policiers étaient présents sur les lieux et une trentaine de coups de feu ont été entendus par le témoin.

(Yves Clarisse)


Une attaque au siège de Charlie Hebdo fait 11 morts

http://www.ladepeche.fr/article/201…

Publié le 07/01/2015 à 12:27, Mis à jour le 07/01/2015 à 12:39

Une attaque à la kalachnikov et au lance-roquette par au moins deux hommes cagoulés au siège de Charlie Hebdo à Paris, a fait 11 morts dont deux policiers, a-t-on appris de source proche de l’enquête, un acte sans précédent contre un organe de presse en France.

François Hollande se rend sur place et une réunion ministérielle aura lieu à 14H00 à l’Elysée.

"Vers 11h30, deux hommes armés d’une kalachnikov et d’un lance-roquette ont fait irruption au siège du journal satirique Charlie Hebdo dans le XIe arrondissement de Paris. Un échange de feu a eu lieu avec les forces de l’ordre", a déclaré une source proche de l’enquête.

En quittant les lieux, les deux agresseurs ont blessé par balle un policier. Ils ont ensuite braqué un automobiliste porte de Pantin et percuté un piéton.

"Je pense qu’il y a des victimes", avait auparavant déclaré par téléphone le dessinateur, Renaud Luzier, dit Luz, visiblement paniqué.

"J’ai entendu des coups de feu, j’ai vu des gars cagoulés qui sont partis en voiture. Ils étaient au moins cinq", a déclaré à l’AFP Michel Goldenberg, un voisin qui a son bureau dans la même rue que Charlie Hebdo, la rue Nicolas Appert.

Un autre voisin, Bruno Leveillé, a raconté à l’AFP avoir entendu "à 11h30 pile, une trentaine de coups de feu pendant une dizaine de minutes".

Sans qu’on sache s’il y a un lien avec cette attaque, Charlie Hebdo a fait la Une de son dernier numéro paru ce mercredi avec "les prédictions du mage Houellebecq : en 2015 je perds mes dents… En 2022 je fais Ramadan !". Le livre de l’écrivain controversé paru mercredi "Soumission" prédit l’arrivée au pouvoir d’un parti musulman en 2022. Une attaque au siège de Charlie Hebdo fait 11 morts.


Attentat contre Charlie Hebdo à Paris, au moins 12 morts

http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN0KG16I20150107?sp=true

Mercredi 7 janvier 2015 13h48

PARIS (Reuters) - Au moins 12 personnes, dont deux policiers, ont été tuées et une vingtaine d’autres blessées mercredi à Paris dans une fusillade au siège de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, le plus grave attentat commis en France depuis 1986 et la vague d’attaques islamistes cette année-là.

"C’est un attentat terroriste, cela ne fait pas de doute", a déclaré François Hollande, qui s’est rendu peu avant 13h00 (12h00 GMT) sur les lieux.

Le bilan de cet acte d’une "exceptionnelle barbarie" n’est que provisoire, a-t-il souligné alors que les secours continuaient d’évacuer des blessés.

"Nous savions que nous étions menacés", a ajouté le chef de l’Etat, précisant que plusieurs projets d’attentat avaient été déjoués ces dernières semaines. "Nous punirons les agresseurs".

François Hollande interviendra à la télévision à 20h00 (19h00 GMT) mercredi soir, a annoncé l’Elysée.

Le procureur de Paris, François Molins, venu également sur place, a fait état d’une vingtaine de blessés, dont "quatre ou cinq en état d’urgence absolue", en plus du bilan provisoire de 12 morts donné par le parquet.

Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier commis en France depuis les vagues d’attentats islamistes à Paris en 1986 (12 morts et quelque 200 blessés dans une dizaine d’attentats) et 1995 (huit morts et près de 120 blessés dans le RER B à la station Saint-Michel).

Selon Rocco Contento, secrétaire départemental du syndicat Unité SGP Police, dix membres de la rédaction de Charlie Hebdo ont été tués. Deux policiers figurent également au nombre des victimes, a précisé la préfecture de police.

Deux hommes lourdement armés, habillés de noir, le visage camouflé par une cagoule, ont fait irruption vers 11h00 (10h00 GMT) au siège du journal, dans le XIe arrondissement.

ALERTE ATTENTATS

Les tireurs sont ensuite ressortis, ont stoppé un automobiliste pour s’emparer de son véhicule et ont pris la direction de la porte de Pantin, dans le XIXe arrondissement, a indiqué Rocco Contento, qui n’exclut pas la possibilité d’autres attaques.

Le siège de l’hebdomadaire satirique, alors dans le XXe arrondissement, avait été incendié en novembre 2011 après l’annonce de la sortie d’un numéro baptisé "Charia Hebdo", avec "Mahomet rédacteur en chef". Le sinistre n’avait pas fait de blessé. Le site internet du journal avait par ailleurs été piraté.

La sécurité était en cours de renforcement à Paris et en Ile-de-France.

Le plan Vigipirate a été relevé au stade ultime, le niveau "écarlate", pour prévenir des "attentats majeurs", ont annoncé les services du Premier ministre, Manuel Valls.

Priorité est donnée à ce stade de "protéger les institutions et assurer la continuité de l’action gouvernementale".

Les organes de presse, les grands magasins, les lieux de culte ainsi que les transports vont faire l’objet d’une vigilance particulière.

"Tous les moyens sont mis en œuvre pour identifier, traquer et interpeller les auteurs", souligne Matignon.

Le niveau "écarlate" a été activé précédemment une seule fois en France : en mars 2012, en région Midi-Pyrénées après l’attaque d’une école juive à Toulouse et les assassinats de trois parachutistes par Mohamed Merah.

(Sophie Louet et Gérard Bon, avec Antony Paone et Dominique Rodriguez, édité par Yves Clarisse)

Au sujet des vagues d’attentats de 1986 et de 1995 :

http://hlv-vlr.tripod.com/

La manipulation du terrorisme par l’État :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1053

Pour bien comprendre la manipulation du terrorisme par l’État, son mobile et sa technique, voici un recueil de références indispensables présentées sous le titre « Terrorisme d’État sous faux drapeau, esquisse d’une bibliographie »

Toulouse - 23 mars 2012 - Ils ont fait taire Mohamed Merah ! (vidéo 10’19) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article3972

À QUI PROFITE LE SPECTACLE DU TERRORISME ISLAMISTE ?

http://mai68.org/spip/spip.php?article1299

FAUT ARRÊTER DE PRENDRE LES SALAUDS POUR DES CONS !

http://mai68.org/spip/spip.php?article8026

Les Russes sont bien trop gentils de se contenter de dire que la lutte antiterroriste menée par les Américains est inefficace. Ils feraient mieux de dire que les Amerloques, c’est-à-dire les membres de la classe dirigeante américaine, n’ont pas du tout envie d’être efficaces dans leur prétendue "lutte" contre Daech, car c’est eux qui l’ont créé de toutes pièces ! Et détruire l’EI serait par conséquent dommage.

11 septembre 2001 - BUSH ET CHENEY SONT IMPLIQUÉS !

N’hésitez pas à cliquer sur l’image,
vous aurez alors le plaisir de la voir s’agrandir.

L’article présenté ici ne vient pas du Figaro ; il est une preuve accablante que les attentats terroristes du 11 septembre aux Etats-Unis ont été organisés, du moins en partie, par les autorités américaines, pour servir de prétexte à une guerre planifiée depuis longtemps en Asie du Sud, et pour porter la plus grave atteinte aux libertés civiles en Occident depuis l’époque fasciste.

Article complet : http://mai68.org/spip/spip.php?article1440

15 Messages de forum

  • Je suis à Paris à côté de Charlie Hebdo

    IL Y A 13 morts

    Gilles

  • La confiance de l’exécutif grandit sur la loi Macron

    http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN0KG1J420150107?sp=true

    Mercredi 7 janvier 2015 16h16

    PARIS (Reuters) - La loi sur la croissance et l’activité défendue par le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, devrait être adoptée à l’Assemblée nationale sans passage en force du gouvernement, estime la majorité, qui pense remporter son bras de fer avec les frondeurs socialistes.

    "Je suis confiant dans la capacité de rassemblement de ce texte, et par conséquent il devrait finir par être adopté", a dit mercredi à Reuters le rapporteur du texte, Richard Ferrand, qui prévoit notamment une extension du travail dominical.

    L’ancienne ministre écologiste Cécile Duflot a lancé une offensive contre ce projet de loi, dénonçant "un grand bond en arrière", dans l’espoir de coaliser tous ceux qui, à gauche, souhaitent en découdre avec le gouvernement.

    Pour Emmanuel Macron, la menace est contenue.

    "Cécile Duflot me fait penser à (l’acteur américain) Woody Allen  : ’ma réponse est non, mais quelle est la question  ?’", a-t-il raillé dans un entretien publié mercredi par Les Echos.

    "En relisant le projet de loi, elle découvrira que ses craintes ne sont pas fondées", a assuré l’ancien banquier d’affaires, qui sait pouvoir s’appuyer sur des sondages favorables à l’ouverture des magasins le dimanche.

    L’extension des jours d’ouverture des commerces de détail de cinq à douze dimanches par an - dénoncé notamment par l’ancienne première secrétaire du PS Martine Aubry - ne devrait pas se révéler in fine être un point de crispation.

    "Il n’est pas question de tomber dans un marchandage sur le nombre de dimanches travaillés à autoriser", a dit Emmanuel Macron.

    "12 C’EST 12"

    "Je fais écho à ce que dit le président, 12 c’est 12", a confirmé Richard Ferrand, en référence aux déclarations de François Hollande sur France Inter lundi.

    Le président de la République y avait rejeté l’idée selon laquelle son gouvernement serait obligé d’abaisser le nombre de dimanches travaillés ou d’utiliser, faute de trouver une majorité, l’article 49-3 de la Constitution, qui permet de passer en force pour adopter la loi, sauf à faire tomber le gouvernement.

    "Si c’est favorable à l’emploi, si c’est juste socialement, pourquoi la gauche ne la voterait pas ?", s’était interrogé François Hollande.

    Manuel Valls, qui a obtenu la confiance de l’Assemblée en septembre par seulement 269 voix contre 306 voix en avril, partage le même optimisme.

    "Le Premier ministre est sur la même ligne que le président", dit-on dans l’entourage de Manuel Valls qui s’était dit "certain", le 10 décembre que le texte serait adopté sans faire usage de l’article 49.3.

    Si les différents votes pour faire approuver le budget 2015 n’ont été acquis qu’avec de faibles marges d’environ 20 voix, le gouvernement peut aussi espérer l’appui de certains parlementaires centristes, voire UMP, pour voter un texte que la droite juge insuffisant mais intéressant.

    "Si j’étais parlementaire, je verrais article par article", a ainsi expliqué l’ancien Premier ministre UMP Alain Juppé sur Europe 1. D’autres, comme les UMP Hervé Mariton, Frédéric Lefebvre ou Thierry Mariani, ont déjà fait savoir qu’ils pourraient voter le texte ou du moins certains de ses articles.

    Présenté le mois dernier en conseil des ministres, le projet de loi Macron doit être examiné à partir de fin janvier à l’Assemblée.

    (Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)

    • Loi Macron - Le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, démissionne

      Le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, a démissionné de ses fonctions avec tous les membres du bureau confédéral du syndicat, dans la foulée des affaires qui ont éclaté ces derniers mois, a-t-on appris mercredi de source interne.

      Note de do du 7 janvier 2015 :

      Entre l’attentat terroriste à Charlie Hebdo ce matin, et cet après-midi la démission de Thierry Lepaon de la direction de la CGT, le pouvoir est à peu près sûr de pouvoir faire passer sa loi Macron.

      En effet, le spectacle de terrorisme va servir d’enclume et la CGT de marteau. Avec un secrétaire général honni de sa base, la CGT était incapable d’empêcher des grèves sérieuses contre la régression Macron. Avec un nouveau chef tout neuf et tout beau, en qui tout le monde aura confiance pendant quelques mois, la CGT pourra accomplir sans défaillir sa mission qui consiste à empêcher ou à réduire et détourner les grèves. En plus, avec l’ambiance terroriste, qui fait peur et justifie un État policier, et paralyse les gens, ce travail de la CGT sera facilité.

      Article ici :

      http://mai68.org/spip/spip.php?article8343

  • Quest-ce vous pariez que Philipe Val va reprendre Charlie Hebdo ?

  • je devais partir. je me suis dépecher de t’envoyer le lien de la vidéo car je ne pouvais pas le copier sur ilivid. j’ai craint qu’ils le suprime.

    sur rmc il on diffuser un extrais audio, (d’apres se que j’ai compris), de cette video, mais le "teroriste" disait "alla voikbar"

    je pense a un montage. car "boudin" d’ecrivé bien cette vidéo.

    sur rmc ils on dit que le reste etait inodible.

    a mon avis avec ces meutres a charlie hebdo ils son arriver a leurs bute, rassemblé une majorité de personnes de "gauche" de droite et du reste pour faire la guerre au pays arabe.

    bien a toi merci

    Serge

  • Douze morts dans un attentat contre Charlie Hebdo à Paris

    http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN0KG16I20150107?sp=true

    Mercredi 7 janvier 2015 22h48

    PARIS (Reuters) - Douze personnes, dont deux policiers et huit journalistes, ont été tuées et onze autres blessées mercredi à Paris dans une fusillade au siège de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, à Paris, un attentat que François Hollande a immédiatement qualifié de "terroriste".

    Trois hommes, dont deux frères originaires de Paris, sont recherchés par la police après cette attaque, la plus meurtrière commise en France depuis les vagues d’attentats islamistes à Paris en 1986 (12 morts dans une dizaine d’attentats) et 1995 (huit morts et près de 120 blessés dans le RER B à la station Saint-Michel).

    "C’est un attentat terroriste, cela ne fait pas de doute", a déclaré François Hollande, qui s’est rendu sur les lieux quelques dizaines de minutes après le drame, pour lequel une journée de deuil national a été décrété pour jeudi.

    "Nous savions que nous étions menacés", a ajouté le chef de l’Etat, précisant que plusieurs projets d’attentat avaient été déjoués ces dernières semaines. "Nous punirons les agresseurs".

    Le procureur de Paris, François Molins, a fait état devant la presse d’un bilan de 12 morts et 11 blessés, dont quatre graves, dans cette attaque menée par "au moins deux hommes".

    De source policière, on a indiqué mercredi soir que les enquêteurs recherchaient deux frères d’une trentaine d’années, dont un a déjà été condamné dans le cadre d’une affaire de terrorisme, et un individu plus jeune originaire de Reims (Marne).

    Le parquet s’est refusé à tout commentaire sur ces informations. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a lancé un appel "à la responsabilité car la diffusion d’informations aléatoires, approximatives est de nature à compliquer le déroulement de cette enquête et à retarder son dénouement."

    Les assaillants, qui étaient lourdement armés, habillés de noir, le visage camouflé par une cagoule ont fait irruption vers 11h00 au siège du journal, dans le XIe arrondissement.

    Selon François Molins, ils ont demandé à la réception s’il s’agissait bien du siège de Charlie Hebdo et ont tué une première personne. Ils se sont ensuite dirigés vers les étages pour y trouver la salle de rédaction où ils ont tué huit journalistes, un policier chargé de la sécurité et un invité.

    UNE "SCÈNE DE CARNAGE"

    Selon des sources proches de l’hebdomadaire, les dessinateurs Cabu et Wolinski, deux figures historiques du journal, ainsi que Charb, directeur de la publication, et Tignous, font partie des victimes.

    L’économiste Bernard Maris, membre du conseil général de la Banque de France et collaborateur de l’hebdomadaire, a également été tué dans la fusillade.

    A leur arrivée à Charlie Hebdo, les secours ont découvert une "scène de carnage, d’exécution" avec des survivants sous le choc et une odeur prégnante de poudre, selon le témoignage d’un médecin urgentiste présent sur place.

    Lors de la fuite des malfaiteurs, un policier a vu sa voiture criblée de balles et a été blessé. Lorsqu’il est sorti de son véhicule, il a été achevé d’une balle dans la tête.

    Les tireurs, qui semblaient très calmes et dotés d’un entraînement de type militaire, ont quitté le siège de Charlie Hebdo sans courir et rejoint leur voiture, une Citroën C3.

    Après avoir eu un accident avec un autre véhicule place du colonel Fabien, ils ont abandonné leur voiture rue de Meaux, dans le XIXe arrondissement, avant de braquer un automobiliste.

    C’est ce dernier qui a parlé d’un troisième homme parmi les malfaiteurs.

    Sur les vidéos prises par des témoins dans la rue située devant le siège de Charlie Hebdo, les tireurs, qui ont crié à plusieurs reprises "Allahou Akhbar", ont dit en quittant les lieux : "On a vengé Mahomet. On a tué Charlie Hebdo."

    ALERTE ATTENTATS

    Le siège de l’hebdomadaire satirique, alors dans le XXe arrondissement, avait été incendié en 2011 après l’annonce de la sortie d’un numéro baptisé "Charia Hebdo", avec "Mahomet rédacteur en chef".

    Le sinistre n’avait pas fait de blessé. Le site internet du journal avait par ailleurs été piraté.

    Le plan Vigipirate a été relevé au stade ultime mercredi dans la région Ile-de-France, le niveau "écarlate", pour prévenir des "attentats majeurs", ont annoncé les services du Premier ministre, Manuel Valls.

    Priorité est donnée à ce stade de "protéger les institutions et assurer la continuité de l’action gouvernementale".

    Les organes de presse, les grands magasins, les lieux de culte ainsi que les transports vont l’objet d’une vigilance particulière.

    "Tous les moyens sont mis en œuvre pour identifier, traquer et interpeller les auteurs", souligne Matignon.

    Le niveau "écarlate" a été activé précédemment une seule fois en France : en mars 2012, en région Midi-Pyrénées après l’attaque d’une école juive à Toulouse et les assassinats de trois parachutistes par Mohamed Merah.

    Une enquête a été ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris des chefs d’assassinat et tentative d’assassinat, vol à main armée en bande organisée, infraction à la législation sur les armes, toutes ces infractions en lien avec une entreprise terroriste, a dit François Molins.

    Une grande émotion s’est manifestée en France, où les réactions ont été nombreuses.

    Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées à Paris et dans plusieurs villes.

    (Sophie Louet, Gérard Bon avec Antony Paone, Dominique Rodriguez et Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse et Eric Faye)

  • On a l’impression que les deux types dansent, en petite foulée !… Un jogging chaloupé : on dirait la démarche de Pierre Richard dans une séquence de "le retour du grand blond" , film pastiche d’espionnage de Yves Robert ( 1974 ) !… En tout cas, c’est très efficace, ils forment une cible mouvante, très mobile, sans aucun angle de tir possible : il faudrait arroser la rue avec des armes automatiques en tir croisé et que les tireurs aient le temps de se positionner : et manifestement, ils ne l’auraient pas, ce délai !… Les tueurs sont certainement shootés aux métamphétamines genre pervitine ( la "pilule de Goering" , la "potion magique" du III° Reich (1) !… Un détail incongru : pourquoi des candidats au martyr sont-ils cagoulés, puisqu’ils ont sacrifié par avance leur vie ?… Ce masque doit beaucoup les gêner !… Bref, ces "tortues ninja " rewrités par les Simpson sont encore plus louches que leurs vociférations "religieuses" !…

    (1) mais les laboratoires biochimiques ont certainement beaucoup travaillé depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale …

  • Pour cette vidéo ou vous dites que des lignes on été tracé ( comme repère surement).

    Je suis d’accord avec vous .
    Mais je pense qu’on se laisse influencé inconciament par se qu’on voudrais que sa se réellement.

    Regardé quand il parte a la fin de la vidéo .
    La vitre arrière est brisé surmement cosé par l’échange de coup de feu.

    Et si c’est traces au sol été du a une fuite d’uile ou d’éssence .?

    Qu’en pensez vous .

    • Charlie - Les gens ont tendance à "voir" ce qu’ils ont envie de voir

      Salut,

      Oui, les gens se laissent effectivement influencer inconsciemment par leurs désirs et ont tendance à interpréter ce qu’ils voient de façon à ce que cela corresponde à ce qu’ils espèrent.

      Ainsi, comme il est terrible de penser que ce sont les autorités françaises qui ont mis en scène le terrorisme de Charlie Hebdo, les gens ont tendance à tout faire pour croire que ce n’est pas vrai et à croire la vérité officielle.

      Ainsi, les gens aimeraient croire que les traces au sol sous la voiture des "terroristes" sont dues à des fuites d’un quelconque liquide. Certains ont même cru que chaque trace pourrait être une coulée de liquide causée par la climatisation, alors qu’on est en plein hiver ! Maintenant, tu proposes l’hypothèse d’une fuite d’huile ou d’essence ; mais, j’ai déjà répondu deux fois à ce genre d’idées en commentaires d’une analyse complète de la vidéo que tu trouveras ici :

      http://mai68.org/spip/spip.php?article8359

      Voici un copier-collé :

      « La trace perpendiculaire ne peut pas avoir été faite par un liquide s’écoulant depuis la voiture ; en effet, elle est bien droite, d’épaisseur égale, parfaitement perpendiculaire, et pile sous la roue. Cette trace ne peut avoir été faite que volontairement, par quelqu’un qui a bien fait attention à ce qu’il faisait. »

      Il en va de même, bien entendu, pour la première trace au sol. Celle qui qui est pile sous le milieu du devant de la voiture et parfaitement parallèle à celle-ci et à la rue.

      Quant à la vitre arrière-droite, au moment où les "terroristes" montent dans l’auto, on y voit effectivement comme un reflet, et on pourrait penser avec un peu de bonne volonté et d’imagination que c’est le signe qu’elle est brisée. Mais, quand la bagnole se met à avancer, on peut voir cette vitre arrière de face, et le reflet disparaît, et on voit bien que la vitre est intacte.

      Il faut s’y faire, c’est bel et bien nos dirigeants qui ont dirigé le coup de Charlie Hebdo du 7 janvier 2015 et qui ont cherché à en tirer partie le 11 qui a suivi.

      Bien à toi,
      do
      mardi 3 mars 2015
      http://mai68.org

      Charlie - La vidéo du flic assassiné a été censurée parce que sa tête aurait dû exploser et il n’y a même pas de sang :

      http://mai68.org/spip/spip.php?article8359

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0