VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Canada - 25 octobre 2014 - Le terrorisme commandité par l’État et le prétendu (...)

Canada - 25 octobre 2014 - Le terrorisme commandité par l’État et le prétendu "loup solitaire" (vidéos 1’16 et 4’36)

mardi 23 mai 2017, par do (Date de rédaction antérieure : 25 octobre 2014).

Note de do du 23 mai 2017 : Puisqu’on nous reparle à nouveau de la théorie du "loup solitaire" au sujet de l’attaque de Manchester en Grande Bretagne dans la nuit du lundi 22 au mardi 23 mai 2017, je remets cet article en haut du site.

LA THÉORIE DU LOUP SOLITAIRE

La marionnette de l’État aux fils coupés

Extrait du film « Attentat à la Fête de la bière »
Sur un fait réel en Allemagne, à Munich le 26 septembre 1980.

Enregistré sur Arte le 10 octobre 2014 à 20h50

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

Bonjour à toutes et à tous,

Quand nous dénonçons une magouille de l’État, comme pour le 11 septembre 2001 par exemple, "on" nous accuse d’être des partisans de la "théorie du complot". Au vu de ce qui vient de se passer au Canada et de la propagande que nous avons dû subir au sujet d’un terroriste soit-disant "tout à fait isolé", je propose d’accuser les journaputes et autres propagandistes au service de l’État d’être des partisans de la "théorie du loup solitaire".

Il faut toutefois noter le questionnement justifié du Figaro dans son article Le Canada découvre le péril islamiste du 23 octobre 2014 :

« Harper était-il la cible privilégiée de Zehaf-Bibeau ? La présence du chef du gouvernement canadien sur la colline fédérale d’Ottawa n’avait rien d’un secret d’État. Pourquoi dans ces conditions s’en est-il pris à une sentinelle désarmée, le caporal Nathan Cirillo, devant la tombe du Soldat inconnu, plutôt que de pénétrer discrètement dans le Parlement et bénéficier d’un effet de surprise maximum ? »

Combien Hitler a-t-il "subi" d’attentats auxquels il a systématiquement réchappé "par miracle" ?

L’intérêt du pouvoir à commanditer un tel spectacle de terrorisme est double ou triple :

1°) Justifier la guerre, en prétendant qu’elle a lieu contre Daech, alors que son but réel est que l’impérialisme américano-sioniste prenne le pouvoir en Irak et en Syrie. Daech n’est qu’une excuse montée de toutes pièces :

http://mai68.org/spip/spip.php?article7772

2°) Paralyser la lutte de classe par la peur du terrorisme. S’ils tombent dans le piège, les gens vont penser que seul l’État, le pouvoir, peut les protéger du terrorisme. Ce qui justifie le pouvoir et son État ! auxquels la population va donc éviter de mettre des bâtons dans les roues. C’est-à-dire que le prolétariat va par conséquent éviter de se mettre en grève ou de lutter d’une quelconque façon contre la bourgeoisie.

3°) Justifier la suppression des libertés publiques, justifier une présence policière voire militaire accrue, justifier maintes et maintes brimades en fouillant dans les sacs des passants, ou en jetant à terre la moindre personne qu’elles n’aiment pas, comme le SDF de la vidéo ci-dessous :

Les musulmans sont méchants !

Le spectacle canadien du terrorisme
est exploité internationalement par la propagande.
Voici un exemple français.

Enregistré sur Fr3 le 23 octobre 2014 vers 19h30

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

Notez bien qu’à la fin du "reportage" ci-dessus, "on" oublie carrément de faire la différence entre "islamique" et "islamiste". Écoutez bien, on nous dit qu’il s’agit de terrorisme islamique, la journaliste dit bien "islamique", et pas "islamiste" ! c’est-à-dire que la propagandiste du pouvoir nous dit carrément : « Les musulmans sont méchants » !

Et après on nous dira que le racisme est interdit par la loi. Le racisme est interdit quand on est raciste envers les juifs ; mais, le racisme envers les arabo-musulmans est un racisme d’État entretenu par tout le spectacle de terrorisme "islamiste" commandité par le pouvoir.

Je pourrais analyser ici tout ce que l’on pourrait tirer comme vérité à partir de la propagande visible dans la seconde vidéo de cette page ; mais, je suis fatigué, et je vous laisse le soin de le faire vous même en utilisant la recette suivante :

Comment trouver la vérité à partir du mensonge ?

Le plus important, et le plus difficile, pour déjouer un spectacle que l’on a reconnu, c’est encore de penser à se poser ce genre de questions :

« Imaginons que ce spectacle ne soit pas un spectacle, comment est-ce que je réagirais ? Si la population prend ce spectacle pour la réalité, que pensera-t-elle consciemment ? que pensera-t-elle inconsciemment ? et finalement, comment réagira-t-elle ? »

Les réponses à ces questions sont généralement assez faciles à trouver. Elles indiquent le but poursuivi par le pouvoir avec la mise en scène de ce spectacle particulier. Une fois connu ce but, le mensonge se démonte tout seul. Il reste seulement à comparer la réaction qu’aura la population si elle tombe dans le piège à celle qu’elle aura si elle n’y tombe pas.

Bien à vous,
do
http://mai68.org

« Dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux. »
La société du spectacle, Guy Debord 1967.


Fusillade à l’intérieur du parlement canadien

http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKCN0IB1S620141022

Mercredi 22 octobre 2014 17h14

OTTAWA (Reuters) - Un homme qui a ouvert le feu sur un soldat canadien au monument de guerre à Ottawa a été pourchassé par la police à l’intérieur même du parlement canadien, où une trentaine de coups de feu ont été tirés, a déclaré un témoin à Reuters.

L’édifice du parlement a été aussitôt bouclé et le Premier ministre, Stephen Harper, a pu quitter sans encombre l’enceinte du bâtiment, alors que des policiers convergeaient vers les lieux.

Voici quelques jours, un islamiste canadien au volant d’un véhicule a fauché deux soldats canadiens, tuant l’un d’eux, près de Montréal.

(Andrea Hopkins ; Eric Faye pour le service français)


Le Canada découvre le péril islamiste

http://www.lefigaro.fr/internationa…

Par Maurin Picard
Mis à jour le 23/10/2014 à 23:18
Publié le 23/10/2014 à 18:34

Considéré comme potentiellement dangereux, le tireur du Parlement fédéral était dans la ligne de mire des autorités. Publicité

La PhytothérapieDossier FigaroPartner Découvrez le dossier 1/5

Michael Zehaf-Bibeau visait le cœur du pouvoir canadien. Le Parlement fédéral d’Ottawa, où, deux semaines auparavant, les députés avaient voté l’entrée en guerre du Canada contre la mouvance djihadiste Daech au Moyen-Orient, dans le cadre de la coalition internationale rassemblée par les États-Unis. Ce Québécois de 32 ans, petit délinquant d’origine libyenne fraîchement converti à l’islam et renommé « Abdul » Zehaf-Bibeau, a été abattu dans les couloirs du Parlement, alors qu’il semblait vouloir s’en prendre aux membres du gouvernement claquemurés avec les membres de leurs partis respectifs. Parmi les assiégés se trouvait le premier ministre, Stephen Harper, lui-même.

Harper était-il la cible privilégiée de Zehaf-Bibeau ? La présence du chef du gouvernement canadien sur la colline fédérale d’Ottawa n’avait rien d’un secret d’État. Pourquoi dans ces conditions s’en est-il pris à une sentinelle désarmée, le caporal Nathan Cirillo, devant la tombe du Soldat inconnu, plutôt que de pénétrer discrètement dans le Parlement et bénéficier d’un effet de surprise maximum ?

Jeudi matin, les médias américains titraient sur « la fin de l’innocence » pour leur voisin du Nord, habituellement considéré comme un havre de paix et de stabilité sur le continent, théoriquement moins exposé aux soubresauts de la politique internationale. Mais depuis le 7 octobre et le vote du Parlement sur l’entrée dans la coalition anti-Daech, tout avait changé. Les services de renseignements canadiens avaient relevé le niveau d’alerte terroriste de « faible » à « moyen », redoutant plus que tout l’action d’un parfait inconnu contre un passant dans une rue encombrée, voire un assaut contre un bâtiment officiel.

L’attaque d’Ottawa s’est produite 48 heures à peine après l’attentat d’un autre « loup solitaire », Martin « Ahmad » Rouleau-Couture, contre deux soldats canadiens sur un parking près de Montréal. Percuté de plein fouet par la voiture de Rouleau-Couture, l’un des deux engagés n’avait pas survécu à ses blessures. Rouleau-Couture devait être abattu par les policiers après une course-poursuite de 40 km sur les autoroutes québécoises.

Officiellement, les forces de sécurité canadiennes disaient suivre quatre-vingts « individus à hauts risques », radicalisés et revenus au pays après s’être rendus à l’étranger, selon Michel Coulombe, le directeur du Csis, le service de renseignements canadiens. En coulisses, des responsables canadiens avaient cependant confié à leurs homologues américains du FBI qu’ils surveillaient « plusieurs centaines d’individus » potentiellement dangereux, présents sur le territoire.

Rouleau-Couture et Zehaf-Bibeau faisaient partie de ces suspects. Le premier, âgé de 25 ans et aveuglé par la cause islamiste, avait été refoulé dans un aéroport de Montréal en juillet, après avoir tenté de s’embarquer pour la Turquie, où il aurait vraisemblablement été pris en charge par un groupe djihadiste pour aller combattre en Syrie.

Né au Québec en 1982 et fiché par la police pour des affaires de drogue, Zehaf-Bibeau s’était vu confisquer son passeport, comme Rouleau-Couture, après avoir établi un contact avec des islamistes en Syrie.

Aucun des deux convertis, en rupture de ban avec la société égalitaire canadienne, n’avait été arrêté, les autorités affirmant ne pas disposer de preuves suffisantes pour les placer derrière les barreaux, comme l’a confirmé le commissaire Bob Paulson, de la police montée canadienne (RCMP).

Ils ne sont pas les premiers ressortissants canadiens à mourir pour une cause obscure, au nom d’une idéologie indéfendable : plusieurs auraient été tués au combat en Syrie, sur la trentaine de Canadiens qui s’y seraient rendus depuis trois ans. Deux autres, Xris Katsiroubas et Ali Medlej, sont décédés lors de l’assaut contre la raffinerie Total d’In Amenas en Algérie, en janvier 2013. Amis de lycée, ils avaient « basculé » en 2011 pour rejoindre un camp d’entraînement d’al-Qaida au Mali. Eux aussi, comme les âmes égarées d’Ottawa et de Montréal, se rêvaient une fin de « martyrs ».


Terrorisme d’État sous faux drapeau, esquisse d’une bibliographie :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1053

(La manipulation du terrorisme par l’État)

3 Messages de forum

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0