VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Syrie - 3 mai 2014 - Homs revient dans le giron de l’État syrien

Syrie - 3 mai 2014 - Homs revient dans le giron de l’État syrien

vendredi 2 mai 2014 (Date de rédaction antérieure : 2 mai 2014).

Homs,premier bastion de l’insurrection revient dans le giron de l’Etat syrien

http://www.almanar.com.lb/french/ad…

02-05-2014 - 15:48 Dernière mise à jour 02-05-2014 - 16:51

L’équipe du site al-manar, télévision du Hezbollah censur"e par la France "Libre".

Premier bastion de l’insurrection en Syrie, Homs est finalement revenue dans le giron de l’Etat syrien.

Ce vendredi, un accord a été conclu entre le gouvernement syrien et les rebelles, en fonction duquel ces derniers se retirent du centre de Homs, seul quartier encore entre leurs mains.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), cité par l’AFP, "une trêve est entrée en vigueur dans la Vieille partie de Homs et ses environs, dans le cadre d’un accord entre le régime et les rebelles, afin que les insurgés se retirent en direction du nord de la province de Homs, laissant la place à l’armée".

La trêve intervient au bout des jours de combats intenses dans les localités de Al Hamidiyeh et de Bab houd…

Selon la télévision al-Mayadeen, cet accord qui stipule le retrait des miliciens vers d’autres régions de la province du nord est le premier du genre. Dans les autres accords, les accords stipulaient la capitualtion des miliciens. Sachant que dans la province nord de Homs, trois localités sont encore entre les mains des miliciens : Houla, Talbisseh et Rasten.

Un militant, Thaer al-Khaldiyé, a indiqué pour l’AFP que cette trêve "devrait être suivie d’un retrait sécurisé des rebelles mais cela n’a pas encore commencé".

La zone concernée représente environ 2 km2 alors que la ville s’étend sur 40 km2.

Nouveau massacre

En perte de vitesse, les milices s’en prennent aux civils. Apres Homs, c’est le tour au gouvernorat de Hama d’être le théâtre d’un deuxième massacre au cours de cette semaine.

Deux attentats suicide à la voiture piégée contre deux villages alaouites ont tué ce vendredi 18 civils dont 11 enfants. Le premier attentat, le plus meurtrier a frappé le village de Jidrine (non Jibrine).Il y a eu 17 civils tués, dont 11 enfants, et plus de 50 blessés, indique l’agence officielle Sana, en précisant que l’attentat avait endommagé plusieurs bâtiments.

Selon le correspondant de la chaine de télévision al-Manar, la voiture piégée comportait 1.000 kg d’explosifs.

Le second, perpétré à al-Houmeiri, a fait un seul mort, selon Sana. Selon l’OSDH ce dernier s’est produit près d’un poste de police.

Mardi, un double attentat avait frappé un quartier alaouite à Homs, Abbassiya, troisième ville de Syrie, faisant au moins 100 morts, en majorité des civils. Il a été revendiqué par la milice d’Al-Qaïda en Syrie, le front al-Nosra.

Zawahiri à Nosra : cessez de combattre les autres jihadistes

A cet égard, le chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahri a ordonné au Front Al-Nosra, de cesser de combattre les autres jihadistes dans ce pays.

S’adressant à son chef, Abou Mohammed al-Joulani, dans un nouvel enregistrement sonore mis en ligne vendredi sur des sites islamistes, Zawahiri lui ordonne de "se consacrer au combat contre les ennemis de l’islam, en l’occurrence les baasistes" les partisans du parti Baas au pouvoir en Syrie, "les chiites et leurs alliés".

Une guerre fratricide entre groupes rebelles rivaux, en particulier Al-Nosra et les jihadistes takfiris de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), pourtant tous engagés contre le régime en Syrie, a fait des milliers de morts depuis janvier dans le nord du pays échappant à l’autorité de Damas.

Zawahiri à l’EIIL : reviens en Irak

Le chef de l’EIIL, Abou Bakr al-Baghdadi reproche à Joulani de lui avoir désobéi, et lui a rappelé que c’était lui qui l’avait envoyé en Syrie. Quant à Zawahiri, il a pris part en faveur du Front al-Nosra et désavoué l’EIIL. Dans son nouvel enregistrement, il s’est toutefois adressé à lui l’appelant à "se consacrer à l’Irak blessé, qui a besoin que vous redoubliez d’efforts" pour élargir l’influence de cette branche du réseau en Irak.

"Consacrez-vous à l’Irak, même si vous ressentez une injustice (…), pour que cesse cette boucherie (en Syrie). Consacrez-vous (à lutter) contre les ennemis de l’islam en Irak", ajoute Zawahiri dans ce qu’il présente comme "un conseil" au chef de l’EIIL.

Deir Ezzor : informations contradictoires

Cette position intervient alors que les combats font rage entre les deux milices dans le gouvernorat de Deir Ezzor. Or les informations répandues de part et d’autre sont contradictoires.

Selon une source jihadiste citée par le journal libanais al-Akhbar, l’EIIL est sur le point de déloger le front al-Nosra et son allié pro saoudien le Front islamique du gouvernorat de Deir Ezzor qu’il a baptisé « wilayat al-Kheir ». Cette source assure que de l’EIIL a « nettoyé toute la province nord » de Deir Ezzor alors que se poursuit le nettoyage de la province est. L’EIIL répand aussi avoir pris le contrôle du village stratégique al-Hrajiyyé, situé a l’est d’al-Khabour et la localité Jadid-alAkidate sur l’Euphrate.

Alors que selon une source proche du front al-Nosra, la plupart des informations propagées par l’EIIL sont fausses.

Prévoyant « des surprises qui attendent l’organisation de Baghdadi », cette source a menacé : « la terre tremblera sous leurs pieds ».

Selon al-Akhbar, les combats les plus violents ont eu lieu dans le village d’al-Fadine , entre l’EIIL et une brigade de la milice Jaïch al-islam (colonne vertébrale du Front islamique) et au cours de laquelle 15 miliciens ont été tués, dont la plupart qui appartiennent à cette dernière.

Idleb : un chef de milice abattu

Dans le gouvernorat d’Idleb au nord de la Syrie, la milice Jound al-Aqsa a annoncé la mort de son émir à Sarakeb, Ammar al-Jaabour, connu sous le nom de guerre Abou Moussaab tué dans des combats avec l’armée régulière. A noter que le premier émir de cette milice Abou Abdel Aziz le qatari avait également été abattu par l’armée. C’est le chef de la milice "front des révolutionniares de Syrie", proche du Front Islamique (pro saoudienne), qui est soupçonné d’êtres derrière sa mort.

Selon Asia News, Abou Moussaab a été salué par le prédicateur saoudien Abdallah Mouhaïsni qui a vu en lui un "homme de courage et d’unité".

Directement après sa mort, le camp d’entrainement du groupuscule a été confisqué par une milice de l’Armée syrienne libre.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0