VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Science - 30 avril 2014 - Les végétariens sont en moins bonne santé que les (...)

Science - 30 avril 2014 - Les végétariens sont en moins bonne santé que les mangeurs de viande (PDF)

vendredi 24 novembre 2017, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 30 avril 2014).

ÉTUDE SCIENTIFIQUE

1320 sujets ont été étudiés, allant du végétarien au gros mangeur de viande, en passant par le carnivore. L’étude conduite au sein de l’Université de médecine de Graz (deuxième ville d’Autriche) conclut que les végétariens ont plus de risques de contracter des pathologies physiques (cancer, allergies, asthme) ou mentales (dépression, anxiété) ; et ce même s’ils boivent moins d’alcool, fument moins et sont plus actifs physiquement que les sujets carnivores.

Remarque de do : Il est à noter cependant que, comme d’habitude, quand les scientifiques démontrent un truc qui ne plaît pas au pouvoir, alors, les principaux médias n’en parlent pas ou en minimisent la portée. Ce fut le cas par exemple quand l’OMS dénonça le rôle majeur de la pollution de l’air dans les cancers, notamment du poumon. Un spécialiste français du mensonge d’État a été alors désigné pour camoufler ce rôle majeur en attribuant mensongèrement ces cancers essentiellement au tabac.

Rappel : le pouvoir veut qu’on soit bientôt 12 milliards d’habitants sur la planète — plus le maître possède d’esclaves et plus il est riche — et il n’y aura pas assez de viande pour tout le monde, donc il faut faire de la propagande anti-viande ; et de toute façon, il revient bien moins cher de nourrir le troupeau des esclaves avec du riz qu’avec de la viande !

Cigarette bouc-émissaire - Preuve que le tabac sert à camoufler le rôle majeur de la pollution de l’air dans les cancers (vidéo 41’’) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article6146


La publication scientifique originelle est disponible ici au format PDF en anglais :

http://www.plosone.org/article/fetc…

Sauvegarde : http://mai68.org/spip/IMG/pdf/journal-pone-0088278.pdf

(Faire un clic droit sur le lien, puis "enregistrer sous")


Les végétariens en moins bonne santé que les carnivores ?

Bien s’alimenter est une des clés d’une bonne santé. Souvent, le régime végétarien est jugé meilleur pour notre organisme. Néanmoins, une nouvelle étude semble indiquer que les amateurs de verdure ne se portent pas forcément mieux que les mangeurs de viande, et souffrent plus fréquemment de certains maux.

http://www.futura-sciences.com/maga…

Le 09/04/2014 à 11:14 - Par Janlou Chaput, Futura-Sciences

Les régimes alimentaires riches en fruits, céréales et légumes préservent-ils vraiment la santé ? Une étude relance le débat.

La société moderne souffre d’un mal nouveau depuis quelques décennies : une recrudescence des maladies métaboliques liées à notre mode de vie et à notre alimentation. La malbouffe s’accompagne d’un apport excédentaire en sucres et en graisses, au détriment des bienfaits des fruits et légumes. Cependant, les personnes végétariennes semblent mieux armées pour détenir les clés d’une plus grande longévité.

Ce régime alimentaire vert a été associé à de nombreux avantages d’un point de vue de la santé : IMC inférieur, meilleure espérance de vie, bénéfices sur le risque cardiaque, le diabète et l’hypertension ou limitation des risques d’occurrence de certains cancers associés à la viande rouge, entre autres. Néanmoins, de telles habitudes alimentaires se paient avec quelques conséquences, parfois l’apparition de quelques carences ou un taux plus important de troubles mentaux (comme l’anxiété ou la dépression), bien que les études ne soient pas unanimes sur cette question.

Nathalie Burkert et ses collègues de l’université de médecine de Graz (Autriche) ont voulu vérifier certaines de ces conclusions pour voir si un régime sans viande constitue réellement un avantage sanitaire. Et leurs résultats, accessibles dans Plos One, tranchent avec ceux avancés jusque-là.

Des végétariens d’horizons différents

Dans un premier temps, les chercheurs ont soumis 15.474 Autrichiens de plus de 15 ans à des questionnaires sur leurs caractéristiques sociodémographiques, certains des comportements associés à la santé (tabagisme, consommation d’alcool, niveau d’activité physique), leur IMC, les éventuelles maladies dont ils souffrent et les traitements pris, ou la santé psychologique, puis, évidemment, leur régime alimentaire afin de les ranger en six groupes bien distincts :

  • les végétaliens ;
  • les végétariens mangeant du lait et des œufs ;
  • les végétariens mangeant, en plus du lait et des œufs, du poisson ;
  • les carnivores fortement tournés vers les fruits et légumes ;
  • les carnivores avec un apport modéré en viande ;
  • les grands mangeurs de viande.

(cliquer sur l’image pour l’avoir en plus grand et la rendre facile à lire)

Ce tableau révèle les variations pour divers troubles de santé selon les différents groupes. En gras figurent les maladies pour lesquelles les différences sont statistiquement significatives, toutes à la défaveur des végétariens. Dans les colonnes verticales sont regroupés les différents régimes alimentaires : vegetarian pour végétarien, Carnivorous diet rich in fruits and vegetables pour les carnivores mangeant beaucoup de fruits et légumes, Carnivorous diet less rich in meats pour les carnivores mangeant peu de viande, et Carnivorous diet rich in meat pour les grands mangeurs de viande. © Nathalie Burkert et al., Plos One, cc by 2.5

Après un écrémage, seuls 1.320 participants ont été retenus : 330 pour l’ensemble des trois groupes de végétariens, en plus de 330 dans chaque groupe de carnivores, afin de comparer les amateurs de verdure aux mangeurs de viande.

L’apologie du régime carnivore ?

Les résultats de leurs analyses montrent, comme les recherches précédentes, que l’IMC des végétariens est inférieur à celui des différents groupes de mangeurs de viande (22,9 contre 23,4 à 24,9). D’autre part, la consommation d’alcool est globalement inférieure aux deux lots composés des plus carnivores. Cependant, aucune différence n’a été constatée au niveau du tabagisme ou de l’activité physique selon les régimes alimentaires.

Là où les conclusions surprennent et font naître une polémique, c’est lorsqu’elles montrent que les végétariens se sentent en moins bonne santé que leurs homologues soumis aux autres régimes alimentaires, d’après les questionnaires d’auto-évaluation. Ce n’est pas seulement un ressenti puisqu’ils souffrent davantage d’allergies (30,6 % contre 16,7 à 18,2 %), de cancers (4,8 % contre 1,2 à 3,3 %) ou de troubles de l’humeur (9,4 % contre 4,5 à 5,8 %).

Certains ont déjà accusé les auteurs de faire l’apologie de la consommation de viande. Des critiques balayées de la main par les chercheurs qui rappellent que leur étude ne révèle qu’une association entre le régime alimentaire et la santé, et non une relation de cause à effet. Ils expliquent par exemple que des personnes malades se tournent peut-être alors vers une alimentation végétarienne, pour les bénéfices qui lui sont associés.


LES VÉGÉTARIENS SE SENTENT EN MOINS BONNE SANTÉ QUE LES MANGEURS DE VIANDE

http://www.slate.fr/life/84187/vegetariens-sante

Par Camille Jourdan | publié le 04/03/2014 à 18h37, mis à jour le 04/03/2014 à 18h44

Manger seulement des fruits et légumes est-il bon pour la santé ?

Les végétariens ont davantage tendance à se sentir en petite forme. C’est ce que montre une étude menée par l’université de Graz (en Autriche) et rapportée par The Guardian.

L’étude a été réalisée sur la base d’interviews de 1.300 personnes. Elle compare des groupes végétariens et de mangeurs de viande du même âge, du même sexe et issus du même milieu économique et social. Contrairement aux mangeurs de viande, les végétariens sont plus nombreux à avoir l’impression d’être en mauvaise santé.

« Les végétariens ont indiqué qu’ils avaient une moins bonne “santé subjective”, qu’ils souffraient d’effets secondaires et d’allergies, et qu’ils comptaient des cas de cancer et de maladies mentales », constate la directrice de la recherche Nathalie Burkert. Et ce n’est pas tout. Les végétariens ont également l’impression d’avoir des relations sociales plus pauvres que les autres. « Une surprise », selon Nathalie Burkert. Dans l’Austrian Times, elle explique :

« Nous avons trouvé que les résultats de nos recherches étaient vraiment passionnants, c’est pourquoi nous avons décidé de les publier. »

Mais elle reste prudente :

« On ne peut pas dire quelle est la cause et quel est l’effet, nous n’avons pas regardé si les végétariens ont choisi ce régime parce qu’ils avaient une moins bonne qualité de vie, ou si le fait d’être végétarien est la cause de cette mauvaise qualité de vie. Nous n’avons pas évalué cela. »

Note de do : de toute façon, même si l’on suppose que c’est parce qu’ils étaient en mauvaise santé que des gens sont devenus végétariens, alors que d’après mes fréquentations, c’est plutôt par idéologie ou complexe de culpabilité, l’on ne peut dans ce cas que constater l’inefficacité du végétarisme à améliorer leur santé !

Elle insiste donc sur le fait que des recherches plus approfondies devraient être menées.

En effet, beaucoup d’études montrent au contraire les bienfaits du régime végétarien. « Les végétariens vivent plus longtemps que les carnivores », titrions-nous dans Slate en juin 2013, à la suite de la publication d’une étude dans The Wall Street Journal. Les deux études ne sont cependant pas contradictoires.

Note de do : dans le paragraphe ci-dessus, ce n’est plus la scientifique qui parle mais la journaliste, qui a forcément subi la propagande anti-viande du pouvoir. Rappel : le pouvoir veut qu’on soit bientôt 12 milliards d’habitants sur la planète — plus le maître possède d’esclaves et plus il est riche — et il n’y aura pas assez de viande pour tout le monde, donc il faut faire de la propagande anti-viande ; et de toute façon, il revient bien moins cher de nourrir le troupeau des esclaves avec du riz qu’avec de la viande !

A noter enfin que les recherches menées par l’université de Graz donnent grands « gagnants » ceux qui suivent le régime « méditerranéen » : beaucoup de fruits et légumes, mais aussi des quantités raisonnables de viande.

Note de do : Dans le midi, on mange de la viande normalement, comme ailleurs en France traditionnellement (plat national : le steak-frites !). Mais on utilise beaucoup l’huile d’olive et l’ail, et on aime la vie. On n’aime pas le stress !

Viandes et patates divisent par deux le risque de cancer du poumon (20 juin 2010) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1350

(Autre étude scientifique)

LES VÉGÉTARIENS SONT BÊTES À MANGER DU FOIN !

http://mai68.org/spip/spip.php?article1137

SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0