VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > En 1978, un SMIC vallait 1000 demis de bière ; en 2013, un SMIC ne vaut plus (...)

En 1978, un SMIC vallait 1000 demis de bière ; en 2013, un SMIC ne vaut plus que 450 demis !

vendredi 9 décembre 2016, par do (Date de rédaction antérieure : 15 octobre 2013).

BAISSE DU NIVEAU DE VIE

Bonjour à toutes et à tous,

Un patron de bistrot m’a expliqué qu’en 1978, le SMIC était de 2700 Francs net par mois, et que le demi de bière était à 2,70 Francs. C’est-à-dire qu’avec un SMIC, on pouvait se payer 1000 demis de bière pression.

Alors qu’aujourd’hui, en 2013, le SMIC est environ à 1130 Euros net et le demi de bière pression à 2,50 Euros. C’est-à-dire qu’aujourd’hui, avec un SMIC, on ne peut plus se payer qu’environ 450 demis !

Pour avoir le même niveau de vie aujourd’hui qu’en 1978, il faudrait un SMIC net mensuel de 2500 Euros.

Et le patron du bistrot m’a rajouté qu’en plus, à l’époque, il était plus riche qu’aujourd’hui !

VIVE LA RÉVOLUTION !

Bien à vous,
do
15 octobre 2013
http://mai68.org

Pour nous défendre, ne faisons plus confiance aux syndicats, auto-organisons-nous en coordination :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1081

REFUSONS DE CROIRE AU MENSONGE DE LA CRISE !

GRÈVE GÉNÉRALE SAUVAGE TOTALE ET ILLIMITÉE !

GRÈVE TOUT DE SUITE !

FAIRE CIRCULER !

Il est important de lire tous les commentaires ci-dessous qui, tout en validant le fond, apportent des corrections et des précisions indispensables à cet article.

Note du 8 décembre 2016 :

Après diverses vérifications apportées par les commentaires sur les chiffres, il apparait qu’en 1978 le SMIC mensuel était de 1571 Francs net, et le demi à 1F80 chez mon barman. Par conséquent, en 1978 un SMIC mensuel net valait 872 demis. Par ailleurs, en 1978, la plupart des salarié-e-s gagnaient bien plus que le SMIC, contrairement à aujourd’hui où énormément de gens doivent se contenter du SMIC quand c’est pas moins.

Référence : les commentaires de "Pascal" du 16 octobre 2013 à 22h48 corrigé par celui de "testé" du 8 décembre 2016 à 23:29.

22 Messages de forum

  • Et, à l’époque, il y avait des millionnaires … maintenant, ils sont milliardaires…

    la crise ? quelle crise ?

    Xarlo

  • Excellent DO

    Il y a bien baisse absolue des revenus – salaires ouvriers tel que Marx l’avait prédit analysée et expliqué.

    Robert

  • Le problème de ce raisonnement c’est de partir d’un Smic a 2700 Fr en 1978. De memoire notre revendication a cette date était de 1200 (peut etre 1400), sachant qu’elle était de 1000 francs dans le programme commun de 72 et donc la realite en dessous. Mon estimation c’est qu’en nombre de demis je pense au contraire qu’on est restes assez proches. Par contre la ou l’analyse est bonne c’est qu’un Euro d’aujourd hui c’est un franc de l’epoque.

    Bruno

  • Bonjour Do,

    Pour info, le smic était début 1978 à 10.06F brut de l’heure —> 1750F brut par mois —> 1400F net par mois.

    A+
    Pascal

  • Les chiffres sont faux, le raisonnement faux. 20 octobre 2013 04:11, par spa

    Vos chiffres sont entièrement faux et cela change tout sur le fond parce qu’en 1978, le smic était à 1744 francs bruts non pas 2700 francs soit environ 1395 francs net et avec un demi soit disant à 2,70 francs on pouvait s’en payer non pas 1000 mais 516 ce qui en est très loin. Comparez au 450 demis payable en 2013, 516 demis payable en 1978. Vous voyez comment l’effet voulu de l’article s’effondre ?!
    Si l’on prend ce raisonnement des demis il faut donc en 2013 un smic à : (516/450)*1130 = 1295 euros.
    L’auteur de cet article veut donc démontrer qu’avec l’euro on s’est fait enfler de 165 euros en 25 ans. Bravo !
    Voici une source qui montre autre chose : http://bernardschaeffer.canalblog.c…

    • Les chiffres sont faux, le raisonnement faux. 20 octobre 2013 09:08, par do

      Salut,

      Merci à toi d’avoir prix la peine de préciser les vrais chiffres. En fait, si tu avais regardé, cela avait déjà été fait dans les commentaires. Commentaires qui permettaient de toute façon de conclure que même si la démonstration était incorrecte, certaines des prémisses étant fausses, la conclusion était quand même vraie parce qu’en 1978, les gens travaillaient pour la plupart avec un salaire bien au dessus du SMIC, contrairement à aujourd’hui où quand on est au SMIC, on est déjà bien content.

      Merci surtout pour ton lien dont je vais étudier le contenu.

      Bien à toi,
      do
      http://mai68.org

      • Les chiffres sont faux, le raisonnement faux. 20 octobre 2013 12:06, par spa

        De rien, j’avais déjà regardé les commentaires mais ce qui m’a incité à le faire c’est que cet article est repris dans d’autres sites. Hors comme tu le reconnais, les données sont fausses. C’est justement les fausses informations vomis par les médias aux services des puissants que je combat, et là on est face à un article qui fait comme eux et cela me gêne, je trouve même cela inacceptable. Car comment faire adhérer si l’on utilise nous aussi le faux ?
        De plus quand tu dis "en 1978, les gens travaillaient pour la plupart avec un salaire bien au dessus du SMIC" c’est une envie, une impression ou un fait démontré dans lequel cas on attend les sources.

        • Les chiffres sont faux, le raisonnement faux. 20 octobre 2013 13:32, par do
          Salut,

          Comme tu l’as déjà compris si tu as lu les autres commentaires attentivement, je n’ai pas intentionnellement donné de faux chiffres pour faire de la propagande, je me suis contenté de faire bêtement confiance à un barman..

          J’ai d’ailleurs failli supprimer cet article quand j’ai compris qu’au moins l’une des prémisses était fausses. Mais j’ai préféré le laisser à cause des commentaires qui auraient été suprimés en même temps que lui, et qui valaient le coup de continuer à exister. Surtout comme tu dis que beaucoup d’autres sites ont repris cet article en donnant le lien sur mon site. En venant ici, les gens auront la correction.

          Ton commentaire propre valait surtout le coup pour le lien final que tu donnes, puisque la correction du montant du SMIC de 1978 avait déjà été faite.

          Sinon, pour répondre à ta question, quand je dis qu’« en 1978, les gens travaillaient pour la plupart avec un salaire bien au dessus du SMIC. », je dis ça de mémoire, je m’en souviens bien. On plaignait les gens qui ne gagnaient que le SMIC, et on pestait après leurs patrons qui étaient si radins ! Le SMIC, c’était le salaire des pauvres, des malchanceux. Et ça, c’est mon souvenir à moi, et pas celui d’une autre personne. Et comme aujourd’hui énormément de personnes sont au SMIC et ne se plaignent même pas de toucher si peu, je suppose que c’est pour cela que mon barman a cru que les maçons qu’il connaissait en 1978 étaient aux SMIC.

          Mon barman, je lui ai téléphoné dès que j’ai su qu’un de ses chiffres était faux. Il m’a dit qu’en fait 2700 Francs, c’était le salaire des maçons qu’il connaissait, et qu’il avait cru que c’était ça le SMIC. Il m’a dit aussi qu’il allait essayer maintenant de vérifier le prix du demi de bière en 1978.

          Bien à toi,
          do,
          http://mai68.org

  • En fait, mon barman a regardé dans ses vieux papiers et me dit qu’en 1978 le prix du demi de bière était de 1,80 Francs.

    Donc, puisque le SMIC était en 1978 de 1400 Francs net par mois,

    Ça fait que le SMIC de 1978 valait 777 demis.

    Alors qu’aujourd’hui, il vaut seulement 450 demis.

    Et de toute façon, il est vrai qu’en 1978, contrairement à aujourd’hui, énormément de gens gagnaient bien plus que le SMIC !

  • Merci pour tous ces chiffres et vérifications, je me coucherai moins con ce soir !

    Allez, je fais mon chieur : vous avez oublié de prendre en compte la marque ! Entre la Valstar et la Leffe, il y a une petite différence quand même !

  • Bon sang, camarades vous déconnez à plein tube. Vous avez bu 1000 demis de bière par mois ! Vous êtes des piliers de bar ou de la révolution ! Il faudrait comparer avec les loyers, un caddie de supermarché, un kg de patates, un kg de pâtes, un kg de pommes, un livre de philosophie, une année d’étude universitaire. C’est qui est sûr c’est que chiffres ou pas, nous avons tous l’impression que la bourgeoisie se gave énormément et de plus en plus. Mais le progrès c’est que même le petit patron de bar, qui appartient socialement du moins à la petite bourgeoisie a un raisonnement d’ouvrier, oublie le mirage de l’euro, les discours sur l’aspect positif de la bourgeoisie, pour constater sa propre exploitation éhontée de plus en plus large et de plus en plus intense. Ce travail de raisonnement, de mise en perspective historique (car je suis sûr que le camarade commence par parler de demis de bière pour finir par la théorie de la diminution tendancielle du taux de profits) est le travail de tous et chacun, ceux qui n’attendent rien de ce système et souhaite sa disparition, son remplacement par le communisme (reste encore à définir les modalités mais cela c’est la vie qui s’en chargera aussi et il ne faudra pas recommencer les erreurs du passé en se les envoyant à la figure mais en les étudiant pour les éviter).

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0