VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > AQMI - Al-Qaïda au Maghreb appartient aux services secrets français (...)

AQMI - Al-Qaïda au Maghreb appartient aux services secrets français (vidéos)

mardi 15 août 2017 (Date de rédaction antérieure : 26 juillet 2010).

Burkina Faso 14 août 2017 : Puisque c’est AQMI qui vient de commettre le terrorisme dans ce pays, je remets cet article tout en haut du site.

Bamako 2 juillet 2017 : Puisque le terrorisme va servir une nouvelle fois à justifier la guerre, je remets cet article tout en haut de cette partie du site.

OUAGADOUGOU 15-16-17 janvier 2016 : Puisque c’est AQMI qui vient de commettre le terrorisme dans cette ville, je remets cet article tout en haut du site.

Al-Qaïda au Maghreb, c’est le nouveau nom du GSPC, qui était lui-même le nouveau nom du GIA. Il y a des preuves comme quoi ce groupe, originellement localisé en Algérie, est manipulé par les services secrets français. Tout ce que fait Al-Qaïda au Maghreb est par conséquent commandité par l’État français !

Lire les articles suivants :

GIA - 1995 - le Gouvernement français et la DST savaient où les bombes allaient être posées :

http://mai68.org/ag/926.htm

12 avril 2007 - ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES - Les attentats en Algérie peuvent-ils favoriser Sarko ?

http://mai68.org/ag/1132.htm

11 avril 2007 - ATTENTATS D’ALGER - Les journalistes ont trouvé le coupable en une demi-heure !

http://mai68.org/ag/1131.htm

Les dessous de l’affaire des moines de Tibéhirine :

http://mai68.org/spip/spip.php?article335

Sachez aussi une chose essentielle pour bien comprendre : l’Algérie, c’est encore et toujours la France ! :

Une visite de ce site (MAOL) vous en convaincra : http://www.anp.org

Il est très important de parcourir en détail le site du MAOL, le site du "Mouvement Algérien des Officiers Libres", qui dénonce à peu près toutes les manipulations du terrorisme en Algérie :

http://www.anp.org/fr/index.html

Lire en particulier cette page qui dénonce que les généraux qui gouvernent actuellement l’Algérie sont d’« anciens » harkis au service de la France :

http://www.anp.org/fr/cancerDZ.html

OU bien lire ce texte beaucoup plus court et très explicite : Le serment des membres du MAOL (Mouvement Algérien des Officiers Libres) :

http://www.anp.org/fr/serment.html

Extrait :

« L’Armée Nationale Populaire a de tout temps été le symbole de l’honneur et du sacrifice, mais l’avènement d’officiers supérieures (ex-officiers de l’armée française ou relatifs) à ses commandes, nous a reconduit plus de quarante ans en arrière. Les pendules sont à l’heure de l’occupation.

« Pour toutes ces raisons et pour suivre l’exemple de nos frères officiers et sous-officiers lâchement exécutés dès les premières heures de la guerre civile par d’autres membres de l’Armée Nationale Populaire sous les commandes de Mariane, nous combattrons ces nouveaux harkis et leurs alliés jusqu’à la dernière goutte de notre sang. »

Maintenant, regardez les vidéos suivantes :

Cliquer sur l’image pour voir cette vidéo de 2 minutes.

Extrait d’un 19-20 de France 3 en février 2007

 

Cliquer sur l’image pour voir cette vidéo de 13 minutes.

Extrait d’une émission de Canal + en mars 2007

6 Messages de forum

  • Le serment des membres du MAOL (Mouvement Algérien des Officiers Libres) :

    http://www.anp.org/fr/serment.html

    Nous Officiers fidèles au serment du premier novembre 1954, et fidèles aux principes sacrés du peuple Algérien dont nous sommes issues.

    Nous proclamons solennellement, haut et fort notre indignation, notre refus catégorique de nous taire face au génocide incessant de nos pères, mères, frères, soeurs et enfants. Les limites de la barbarie et de l’incroyable ont été encore une fois dépassées sur le sol de nos ancêtres.

    L’Armée Nationale Populaire a de tout temps été le symbole de l’honneur et du sacrifice, mais l’avènement d’officiers supérieures (ex-officiers de l’armée française ou relatifs) à ses commandes, nous a reconduit plus de quarante ans en arrière. Les pendules sont à l’heure de l’occupation.

    Pour toutes ces raisons et pour suivre l’exemple de nos frères officiers et sous-officiers lâchement exécutés dès les premières heures de la guerre civile par d’autres membres de l’Armée Nationale Populaire sous les commandes de Mariane, nous combattrons ces nouveaux harkis et leurs alliés jusqu’à la dernière goutte de notre sang.

    Au moment où le peuple Algérien vit les jours les plus sombres de son histoire, il convient de s’incliner devant la dignité de ce peuple qui souffre en silence dans sa chair et dans son âme derrière un rideau de fer.

    Gloire à nos martyrs
    Gloire Au Peuple Algérien

  • Pensez bien à tout ça quand on vous parle de la mort de Michel Germaneau !

  • Le spectacle de la mort de Michel Germaneau est là pour faire oublier le Bettencourtgate :

    http://mai68.org/spip/spip.php?article1352

    Qui avait lui-même servi à faire oublier le Karachigate :

    http://mai68.org/spip/spip.php?article1353

  • OUI ! AQMI, c’est la France !

    D’ailleurs, à l’époque où l’impérialisme français finançait le régime islamiste du Soudan contre la rebellion séparatiste animiste et chrétienne du Sud-Soudan, c’était le Soudan qui finançait le GIA, ancêtre d’AQMI. Le Soudan servait donc de société écran à la France pour financer AQMI !

    (J’avais entendu à France-Info que la France finançait le régime islamiste du Soudan contre la rebellion chrétienne et animiste du sud. Je m’étais dit, dans ma petite tête, qu’il fallait retenir une telle information : un État catholique qui finance des islamistes ! Puis, 6 mois plus tard, sans que le journaliste fasse le rapprochement, on pouvait entendre à la même radio que le Soudan finançait le GIA.)

  • Au moins 20 morts dans l’attaque de l’hôtel à Ouagadougou

    http://fr.reuters.com/article/topNe…

    Samedi 16 janvier 2016 01h37

    OUAGADOUGOU (Reuters) - Des blessés transportés à l’hôpital universitaire de Ouagadougou après l’attaque lancée vendredi par des islamistes présumés contre un hôtel et un restaurant du centre de la capitale burkinabè ont vu les corps d’une vingtaine de victimes, a déclaré le directeur de l’hôpital.

    Robert Sangaré a précisé à Reuters qu’une quinzaine de blessés étaient soignés dans son établissement.

    "Nous avons reçu une quinzaine de blessés. Il y a des gens qui ont des blessures par balles et d’autres qui se sont blessés en tombant", a-t-il dit.

    Le ministre burkinabè des Affaires étrangères avait parlé un peu plus tôt de "plusieurs morts" et indiqué que les forces de l’ordre se préparaient à donner l’assaut pour tenter de libérer les personnes retenues en otages par les assaillants.

    (Mathieu Bonkoungou ; Tangi Salaün pour le service français)

    • Attaque djihadiste meurtrière au coeur de Ouagadougou

      http://fr.reuters.com/article/topNe…

      Samedi 16 janvier 2016 18h45

      Deux Français ont été tués dans l"attaque djihadiste menée vendredi soir dans le centre-ville de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. L"attaque, qui visait l"hôtel Splendid et le café-restaurant Cappuccino, deux établissements prisés des Occidentaux, a fait entre 23 et 27 morts, de 18 nationalités, selon les bilans disponibles. /Photo prise le 16 janvier 2016/ REUTERS/Stringer

      Par Mathieu Bonkoungou et Nadoun Coulibaly

      OUAGADOUGOU (Reuters) - Les forces de sécurité du Burkina Faso ont repris samedi le contrôle d’un grand hôtel de la capitale, Ouagadougou, attaqué par un commando d’Al Qaïda vendredi soir dans une opération qui a fait entre 23 et 27 morts, selon les bilans disponibles.

      Selon le ministère français des Affaires étrangères, deux Français ont été tués dans cette attaque, la première contre la capitale du Burkina Faso.

      A la différence du Mali voisin, le Burkina Faso avait jusqu’à présent été largement épargné par les violences islamistes, bien que le pays ait connu des troubles politiques.

      L’attaque djihadiste visait l’hôtel Splendid et le café-restaurant Cappuccino voisin, prisés des Occidentaux et des soldats français déployés dans le pays dans le cadre de l’opération Barkhane de lutte contre les djihadistes au Sahel.

      Elle a été revendiquée par Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) au nom d’Al Mourabitoune, le groupe du djihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar qui lui a fait allégeance. Ce groupe était déjà impliqué dans l’attaque au scénario similaire menée en novembre dernier contre l’hôtel Radisson Blu de Bamako, au Mali, qui avait fait 20 morts de diverses nationalités.

      L’attaque de Ouagadougou signale une expansion des opérations de la mouvance islamiste dont les groupes forgent de nouvelles alliances pour apparaître plus visibles, en écho à la montée en puissance de l’Etat islamique au Moyen-Orient.

      "La situation que nous vivons depuis hier au Burkina Faso est une situation inédite", a déclaré le président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, qui s’est rendu sur les lieux.

      Le président Kaboré, qui a évoqué des "actes ignobles et lâches", a fait état de 23 morts de 18 nationalités tuées au Splendid et au Cappuccino.

      Roch Marc Christian Kaboré, élu en novembre dernier, vient à peine de nommer son gouvernement.

      L’ambassadeur de France dans le pays, Gilles Thibault, donne lui un bilan de 27 morts et de 150 otages libérés durant l’assaut mené par les forces du Burkina Faso appuyées par les forces françaises et américaines.

      Les autorités du Burkina Faso évoquent 33 blessés et quatre assaillants tués, dont un "Arabe" et deux "Noirs africains".

      "ILS REVENAIENT POUR VOIR SI LES BLANCS BOUGEAIENT"

      Selon le récit d’une survivante du Cappuccino, ceux qui y dînaient ont d’abord pris les tirs et les explosions entendus pour des pétards, avant que deux hommes armés, entièrement vêtus de noir et brandissant des fusils d’assaut AK-47, ne fassent irruption sur les lieux vers 20h30 (20h30 GMT) en tirant au hasard.

      "Nous avons entendu des tirs, des grenades, des détonations. Cela fait de l’écho et c’était extrêmement fort. Cela a continué pendant longtemps", a déclaré une survivante slovène, spécialisée dans l’anthropologie sociale.

      "Ils n’arrêtaient pas d’aller et venir dans le Cappuccino. On pensait que c’était fini et alors ils revenaient et tiraient sur plus de gens. Ils revenaient pour voir si les Blancs bougeaient et alors ils tiraient à nouveau sur eux", a-t-elle ajouté.

      "Mon amie avait une personne blanche morte au-dessus d’elle, qui saignait sur elle. Mais son corps l’a sauvée", a expliqué l’anthropologue qui a demandé à ce que son nom ne soit pas cité.

      Un autre survivant, Ludovic, un architecte français, qui se trouvait à une terrasse de bar près du Cappuccino quand l’attaque a commencé, a dit avoir vu trois assaillants repérant les Blancs avant de s’engouffrer dans le Splendid.

      Les attaquants ont incendié des voitures et tiré en l’air pour faire refluer la foule dans le bâtiment avant d’entrer dans l’hôtel et de prendre des otages.

      Aux premières heures de samedi, les forces de sécurité du Burkina Faso, appuyées par les forces françaises et américaines, sont entrés dans le Splendid dont une partie du hall était en feu. Leur progression a été freinée, les djihadistes ayant piégé à l’explosif les accès aux étages supérieurs de l’établissement.

      Selon un journaliste de Reuters, des affrontements les plus durs ont pris fin après une période de tirs nourris et d’explosions qui semble s’être centrée sur le Cappuccino samedi matin.

      Les tirs sporadiques ont ensuite continué toute la matinée. Le dernier assaillant a été tué à l’hôtel Yibi, tout proche, ont indiqué les autorités.

      D’après le Quai d’Orsay, un peu plus de 3.900 Français sont installés au Burkina Faso, dont un peu plus de 3.000 dans la capitale.

      (Avec Myriam Rivet à Paris ; Danielle Rouquié, Tangi Salaün et Henri-Pierre André pour le service français)

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0