VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Eric Arnoux enfin dans le collimateur de la justice Suisse !

Eric Arnoux enfin dans le collimateur de la justice Suisse !

mardi 28 février 2017, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 28 février 2017).

Les victimes d’Eric Arnoux le savent bien : l’affaire ne fait que commencer, la procédure sera longue, par conséquent, leur chemin de croix n’est pas terminé. Néanmoins, elles se félicitent que la justice suisse ait enfin pris l’affaire en main, les malversations duraient depuis des années et le silence des juges était inexplicable.

En prime, elles espèrent qu’avec cette instruction, le promoteur va cesser de retourner le couteau dans la plaie et arrêter de mener une vie de luxe ostentatoire avec leur argent !

Une enquête longue et minutieuse

Cet article publié, le 24 février 2017 dans la Tribune de Genève est un coup de maître qui rend au journalisme ses lettres de noblesse : c’est une véritable investigation, précise, fouillée, sérieuse, qui a duré 15 mois.

Si le nom des victimes comme celui d’Eric Arnoux (alias "A.E.") ne sont jamais cités dans ce long papier, il n’est pas difficile de reconnaître le principal protagoniste de l’affaire : le long inventaire des soupçons et des plaintes dont il fait l’objet porte sa signature.

« Escroquerie, faux dans les titres, gestion déloyale, diminution effective de l’actif au préjudice des créanciers, gestion fautive, banqueroute frauduleuse, violation de l’obligation de tenir une comptabilité, violation grave de la loi sur l’impôt à la source », la liste des malversations publiée dans le quotidien est impressionnante mais n’est pas exhaustive.

Ce journal établit également la chronologie de toutes les étapes du parcours de cet escroc. C’est à Megève qu’il a commencé à sévir en construisant des chalets de luxe. Il entretenait de très bonnes relations avec ses sous-traitants, puis la situation s’est vite envenimée comme le relate cet artisan local « au début, il payait bien, mais après, plus du tout. On s’est tous fait berner. » 

Ensuite, Eric Arnoux a continué sa route en Suisse, à Grimentz, dans le val d’Anniviers, avec « la construction avortée d’un hôtel 4 étoiles, d’un lotissement de résidences secondaires et de bains thermaux ».

Enfin, en 2012, le promoteur sans scrupule annonce, à grands coups de publicité, la création d’un fonds d’investissement d’immobilier de luxe au Luxembourg, ce fonds sera déclaré en faillite en 2014 !

« L’idée était d’appâter des gens fortunés avec des biens surévalués et surendettés, qu’il n’arrivait plus à vendre, en leur faisant miroiter des opérations juteuses », déclare l’avocat d’un créancier à la Tribune de Genève.

Last but not least, la société suisse d’Eric Arnoux a été clôturée en 2016, laissant une ardoise de près de 30 millions de francs !

La folie des grandeurs ?

Hormis les faits précis relatés, cette enquête de la Tribune de Genève met en lumière la personnalité d’Eric Arnoux.

Comme tous les escrocs de haut vol, il sait attirer ses proies avec un certain talent, de la gentillesse, du charisme, il promet monts et merveilles la main sur le cœur, au point qu’une de ses principales victimes déclare « c’est un type talentueux et intelligent. Malheureusement, je crois qu’il a été rattrapé par sa folie des grandeurs et son ego. ».

Faut-il en déduire que le promoteur était un honnête homme qui a « pété les plombs » ?

Toutes les personnes lésées ne sont pas aussi bienveillantes, d’autres plus lucides voient dans son attitude affable une stratégie : « charmeur, plein de bagout et de culot, il n’a pas son pareil pour toucher la corde sensible des gens. »

Pour preuve que son humanisme de façade ne sert que la poursuite de ses intérêts, une autre enquête a été ouverte pour « instigation à agression » car Eric Arnoux aurait tenté d’intimider ses victimes, selon un témoin.

N’en jetez plus, le portrait est complet !

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0